IBUKA et acquittement de présumés génocidaires : possible dysfonctionnement du TPIR
Publié le 5-02-2013 - à 11:13' par Jovin Ndayishimiye

Deux anciens ministres rwandais, condamnés en première instance à 30 ans de prison pour leur implication dans le génocide de 1994 au Rwanda, ont été acquittés lundi 4 février en appel par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) basé à Arusha, a constaté un journaliste de l’AFP.

En septembre 2011, les juges de première instance avaient condamné Justin Mugenzi et Prosper Mugiraneza, ministres respectivement du Commerce et de la Fonction publique en 1994, à 30 ans de prison pour "entente en vue de commettre le génocide" et "incitation directe et publique au génocide".

La direction d’IBUKA, collectif des associations de lutte pour les droits de rescapés du génocide Tutsi d’Avril 1994 a manifesté sa dissatisfaction à l’égard de ce jugement rendu.

« Il n’y a pas lieu de faire bonne réception de cette mauvaise nouvelle car ces deux personnalités ont joué un rôle très cruel durant le génocide. On ne comprend pas comment ils ont été acquittés », a déclaré à IGIHE Naphtal Ahishakiye.

Pendant que du côté IBUKA on pense à un certain relâchement dont on ne sait les causes dans les prestations du TPIR-Arusha, une opinion publique proche des rescapés jette le tort sur ce Collectif IBUKA qui ne focalise pas de façon équitable ses efforts dans les trois ou quatre dimensions de sa lutte :

« IBUKA travaille bien quand il est question de lutte contre l’idéologie du négationnisme et révisionnisme. Oui, c’est aussi son combat mais ce combat politique est généralement du ressort du Gouvernement qui doit tout faire pour combattre les idéologies négatives qui amènent généralement à la faillite de l’Etat quand ces idéologies vainquent politiquement. Du côté lutte des droits violés des Rescapés, IBUKA s’essaye maladroitement et sans convaincre à cette dimension de sa lutte. En effet, Il ne fait rien pour avoir une conception originale pour traiter de la réhabilitation des droits des rescapés dont une étude sur les modalités de compensations. Sur l’angle judiciaire, là c’est la catastrophe. IBUKA n’a jamais été à la hauteur. Il n’a jamais compris qu’il devait s’entourer de juristes et autres enquêteurs judiciaires chevronnés et capables de gagner la confiance du TPIR –Arusha pour une possible coopération et collaboration dans les enquêtes de terrain. Encore une fois, IBUKA a cru que seul Gouvernement rwandais doit entretenir une diplomatie judiciaire avec le TPIR et les Pays de la Communauté internationale pour traiter des questions d’enquête sur terrain à propos des circonstances de commission des crimes de génocide des présumés génocidaires arrêtés ou en période d’instruction de leurs dossiers… »,

a déclaré sous le couvert de l’anonymat un intellectuel libre penseur du secteur de Kicukiro, un quartier du Sud de Kigali, reprochant aussi à ce Collectif d’Associations de protection et de défense des droits des rescapés de ne pas avoir un périodique où les gens devraient canaliser leurs idées qui seraient nécessaires pour ses démarches et lutte quotidiennes.

Ce forum est tellement nécessaire car toutes les questions peuvent y être débattues y compris la question de comprendre les difficultés gouvernementales à ériger le Fonds de Compensation des Droits bafoués des rescapés du génocide tutsi de 1994 face à sa lutte tous azimuts pour remorquer tous les Rwandais (et ils sont réellement nombreux) qui sont en deçà du seuil de pauvreté vers l’économie de marché.

Le périodique en question ferait un déclic côté judiciaire. Sitôt su par ce médium populaire que tel présumé génocidaire est en instruction ou est arrêté en Norvège ou aux Etats Unis ou qu’il est entrain de comparaître à Arusha, tout détenteur d’information l’inculpant ou le disculpant réagirait dans les colonnes de ce médium et sur son Web.

Les enquêteurs s’enrichiraient de cette information qu’ils vérifieraient facilement, a ajouté cet intello qui voit loin. Il montre également que ce médium viendrait comme un prolongement des stratégies d’unité et de réconciliation qui travaillent à la base communautaire.

Commentaires

ANDIKA ICYO UTEKEREZA KURI IYI NKURU

AMATEGEKO AGENGA IYANDIKA RY'IGITEKEREZO CYAWE:
Witandukira kubijyanye n'iyi nkuru; wikwandika ibisebanya, ibyamamaza cyangwa bivangura; wikwandika ibiteye isoni,
Wifuza kubona byihuse ibivugwa/ibisubizo ku gitekerezo cyawe, andika email yawe ahabugenewe.
Igitekerezo cyawe kigaragara nyuma y'isuzuma rikorwa na IGIHE.com
Ibi bidakurikijwe igitekerezo cyanyu gishobora kutagaragara hano cyangwa kigasibwa, Murakoze!