Une rencontre du Comité Africain des Services de Renseignement à Kigali sur le thème de la Libre circulation

Publié par Jovin Ndayishimiye
Le 29 mai 2017 à 03:03
Visites :
56 2


La ministre rwandaise des affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a réitéré sa vision d’une Afrique qui favorise le libre mouvement des biens et des personnes et qui promeut une liberté commerciale interpays.

Elle a fait cette sortie à Kigali/Rwanda ce 27 mai 2017 alors qu’elle inaugurait officiellement les travaux du Comité Interafricain des Services de Renseignement (CISSA/Committee of Intelligence and Security Services of Africa) ; des travaux dont le thème central est le "Libre Mouvement des Personnes en Afrique".

Les participants à ces travaux sont les dirigeants des services de renseignement des pays africains et de nombreux experts en la matière.

Faisant allusion à la Journée du 25 Mai consacrée à l’Afrique, la Ministre Rwandaise a trouvé qu’ "il n’y a aucune raison de voir un Afrique qui ne se départ pas des structures cachotières nous léguées par la colonisation".

"Toutes les stratégies à mettre en place, a-t-elle poursuivi, devront se baser sur la mise sur pied de plans fermes visant à renforcer la sécurité et l’économie de nos pays et à créer de nouveaux emplois. Tout autant, la libre circulation des personnes et des biens devrait avoir une place essentielle dans les préoccupations des Etats africains. Celle-ci ne devra pas être prise en relation avec des paramètres de déficit sécuritaire qui peut survenir d’un instant à l’autre dans tel ou tel pays africain, encore moins elle ne devra pas entrer en ligne de compte avec des problèmes économiques existant. C’est pourquoi nous devons être prompts dans la préparation d’un cadre de collaboration et d’échange d’information mais aussi d’un cadre de coordination de la gestion de la sécurité africaine".

Suppression de visa pour voyageurs africains

La ministre rwandaise a défendu la thèse d’une Afrique prospère grâce à la libre circulation des personnes et des biens tout autant que cela se tente dans l’espace EAC (East African Community) où les citoyens voyagent de pays à pays exhibant rien que leurs cartes d’identité.

Elle a mentionné le cas des Iles Seychelles qui a déclaré officiellement supprimer les visa pour ressortissants africains entrant dans les Iles. Pour la ministre, les questions de sécurité liées à des maladies contagieuses tel qu’Ebola, au terrorisme, au trafic humain et bien d’autres ne devraient pas être prises comme des défis insurmontables mais plutôt qu’elles devraient être solutionnées grâce aux efforts coordonnés entre pays africains.

Le Rapport Africa Visa Openness Report 2017 réalisé par la Commission de l’Union Africaine sur financement de la BAD montre que 21 pays africains ont fait beaucoup de progrès dans le processus de suppression de visa d’entrée pour les passagers et marchandises africains.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité