Sénégal : pluie de critiques après l’annonce du nouveau gouvernement

Publié par IGIHE
Le 9 septembre 2017 à 01:38
Visites :
56 2

Au Sénégal, le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne a présenté, jeudi 8 septembre au soir, son nouveau gouvernement. La majorité des ministres en poste depuis 2014 ont été reconduits. Ce gouvernement bis, quasi similaire au précédent, a provoqué de nombreuses réactions au sein de l’opposition.

« Pourquoi démissionner pour refaire la même chose ? », se demandent de nombreux Sénégalais. Nous retrouvons le même état d’esprit du côté du Parti démocratique sénégalais (PDS) de l’ancien président Aboulaye Wade.

Babacar Gaye, porte-parole du PDS, estime qu’en remettant en place le gouvernement, Macky Sall cherche, avant tout, à faire diversion.

« Le président Macky Sall pense qu’effectivement, en modifiant l’organisation de son gouvernement, il donne un nouvel espoir aux Sénégalais. Mais le Sénégal a besoin d’avoir, aujourd’hui, une gouvernance démocratique. Or, le président Macky Sall et son gouvernement ne sont pas prêts, pour l’instant, à changer les règles du jeu », a déclaré Babacar Gaye.

Pour Barthélémy Dias, proche de Khalifa Sall, maire de Dakar, en prison depuis mars, ce gouvernement Dionne 2 n’a qu’une mission, celle de mettre Macky Sall sur orbite pour permettre sa réélection en 2019.

« Dionne, ce n’est pas un serviteur de l’Etat ; c’est un serviteur du président de la République. Nous n’attendons absolument rien de ce gouvernement. C’est un gouvernement, aujourd’hui, de copains, d’incompétents, d’incapables, au service d’un homme, d’un parti, d’un pouvoir. Macky Sall n’a qu’un seul objectif, c’est de se battre pour un second mandat. Macky Sall s’en tamponne royalement du devenir du peuple sénégalais ! », a estimé Barhélémy Dias.

Loin des critiques, les membres du gouvernement et le Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne, indiquent être « déjà au travail ».

Départ de deux poids lourds

Si la majorité des ministres est à nouveau aux affaires, deux noms ont disparu de la liste, à savoir Awa Marie Coll Seck, au ministère de la Santé, et Mankeur Ndiaye, au ministère des Affaires étrangères. Deux personnalités appréciées.

« Avec Macky, il ne faut pas être à 99,9 % mais à 100 %. » Dès qu’il s’agit d’évoquer un sujet sensible, personne dans l’entourage du président n’accepte d’être cité.

Visiblement, Mankeur Ndiaye et Awa Marie Coll Seck ont payé leur manque d’implication, notamment dans la bataille des législatives. Le chef de l’Etat veut « des guerriers pour l’accompagner à la présidentielle 2019 », explique un membre du parti au pouvoir.

Les deux ex-ministres étaient également en poste depuis cinq ans. L’usure du temps a peut-être été à l’origine de couacs. Pa ailleurs, les problèmes liés à l’importation des nouveaux appareils de radiothérapie ont sans doute été décisifs au moment de se passer d’une ministre pourtant très respectée à la Santé.

Aux Affaires étrangères, les derniers mois ont été compliqués. La tension avec Israël, avec le Qatar mais aussi avec les voisins mauritaniens et guinéens, ainsi que l’échec de l’élection d’Abdoulaye Bathily à la Commission de l’Union africaine, ont isolé le Sénégal sur la scène internationale et sous-régionale. Or, Macky Sall utilise, depuis son élection, la diplomatie pour rayonner.

Mankeur Ndiaye était apprécié, notamment par les diplomates en poste à Dakar. Il reste proche de Macky Sall mais il a visiblement servi de fusible pour remettre la diplomatie sénégalaise sur la bonne voie.

Avec Rfi


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité