IGIHE.com \BB Politique
Référendum en Côte d’Ivoire : l’enjeu du taux de participation
Publié le 31-10-2016 - à 11:22' par IGIHE

Quelque 6,3 millions Ivoiriens étaient appelés à se prononcer sur le référendum constitutionnel voulu par le président Alassane Ouattara, ce dimanche 30 octobre. Un référendum qui divise puisqu’une bonne partie de l’opposition a appelé à boycotter le scrutin.

Pour l’instant on ne dispose strictement d’aucune communication officielle de la Commission électorale indépendante, qui est restée d’ailleurs très discrète tout au long de cette journée. Tout juste parle-t-on, sous le couvert de l’anonymat, d’une participation timide à la CEI.

Même type d’échos de la part d’organisations de la société civile qui ont plusieurs relais et observateurs dans les grandes circonscriptions. Même si, précise-t-on, certaines zones de votes faibles seront compensées par certaines zones de votes fortes. Reste que sur Abidjan, qui est tout de même le plus gros réservoir d’inscrits, la participation n’a pas paru exceptionnelle pour un tel enjeu.

Des cafouillages

A la mi-journée, le scrutin se déroulait globalement de façon normale, à l’exception de problèmes de deux ordres principaux. L’absence d’une partie du matériel de vote, comme au bureau de Koumassi-Mondon, dans le sud d’Abidjan. Les bulletins et isoloirs étaient bien là, mais pas les enveloppes pour glisser les bulletins dans l’urne.

Quelques pépins aussi avec les tablettes numériques qui sont censés permettre d’identifier les électeurs. Parfois ces tablettes étaient inopérantes comme à Abobo-Marley où RFI s’est rendu à l’ouverture du référendum, vers 8h. Les organisateurs sont donc revenus au vieux bon listing papier pour enregistrer les votants.

Mais tout cela a occasionné évidemment pas mal de retard devant les bureaux et donc un allongement des queues et de l’attente.

Dégradations

Autre problème plus sérieux, c’est celui qui concerne le vol ou la dégradation de matériel, notamment des urnes qui ont été dérobées ou cassées. C’est le cas à Yopougon, quartier Sicogi, quartier Selmer ou encore à Saint-André ou dans d’autres villes de Côte d’Ivoire. Des incidents ont été notamment signalés à Gagnoa, à Duékoué, à Bangolo ou encore à Dabou.

Selon le ministère de l’Intérieur et la Commission électorale indépendante (CEI), ce sont des opposants au scrutin, des partisans du boycott, souvent des jeunes, qui ont tenté de perturber ainsi le vote.

Enfin, des observateurs de la société civile ont été chassés dans certains bureaux de vote, mais cette fois-ci dans le nord du pays, à Ferkessédougou et à Korhogo.\

Avec rfi.fr


Kwamamaza
Commentaires

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Ne vous eloignez pas du sujet de discussion; Les insultes,difamations,publicité et ségregations de tous genres ne sont pas tolerées
Si vous souhaitez suivre le cours des discussions en cours fournissez une addresse email valide.
Votre commentaire apparaitra apre`s moderation par l'équipe d' IGIHE.com
En cas de non respect d'une ou plusieurs des regles d'utilisation si dessus, le commentaire sera supprimer. Merci!