Urgent

Présidentielle 2017 : Débat des candidats sur la réduction des taxes et impôts

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 27 juillet 2017 à 09:46

Ce soir du 26 juillet, TVR (Radio-Télévision Publique) a organize un débat public où elle avait invité les candidats présidentiels autour de la question de la reduction ou non des impôts. De ce débat il s’est démarqué des tendances idéologiques différentes des candidats.
Le candidat FPR, Paul Kagame, qui s’est fait représenté par son commissaire chargé de communication, M. Wellars Gasamagera, celui du Parti des verts a délégué le Secrétaire Général du parti, M. jean Claude Ntezimana. Philippe Mpayimana, (...)


Ce soir du 26 juillet, TVR (Radio-Télévision Publique) a organize un débat public où elle avait invité les candidats présidentiels autour de la question de la reduction ou non des impôts. De ce débat il s’est démarqué des tendances idéologiques différentes des candidats.

Le candidat FPR, Paul Kagame, qui s’est fait représenté par son commissaire chargé de communication, M. Wellars Gasamagera, celui du Parti des verts a délégué le Secrétaire Général du parti, M. jean Claude Ntezimana. Philippe Mpayimana, candidat indépendant, était lui aussi de la partie.

Le Commissaire du FPR, Wellars Gasamagera, (photo), a d’emblée, posée le postulat selon lequel les motto de campagne des candidats autres que celui du FPR qui proposent de réduire les impôts et de les exonérer temporairement pour d’autres investisseurs sont à prendre avec des pincettes surtout qu’aucun pays au monde ne s’est jamais développé sans frapper d’impôts les business existants.

Il a néanmoins montré que la tendance essentielle du FPR sera de prêter mains fortes aux investisseurs privés qui crééront beaucoup d’emplois pour que le pays se positionnebnt parmi les pays suffisamment avancés dans le développement.
Apparemment ses arguments étaient massus et persuasifs.

“Aucun pays ne peut se targuer d’être économiquement fort sans qu’il y ait de l’autosuffisance. Cette autosuffisance se traduit par l’acquittement des impôts. Il serait vain de nous engager dans la voie de l’autodétermination et partant, autosuffisance budgétaire à 100% sans parler d’impôt. Ce n’est qu’après avoir atteint ce niveau qu’on peut penser à la question de la reduction ou de l’exonération d’impôts. Mais cette demarche doit être bien étudiée pour que toute personne soit à même de s’en acquitter”, a dit Gasamagera avant d’ajouter que tout impôt est déduit d’un profit realize et jamais de la perte.

La position du Parti des Verts à ce sujet semblait plus pédagogique en matière d’éducation à la culture de l’impôt qui n’est pas contraignant vec des facilities accordées à la jeunesse entreprenante.

Jean Claude Ntezimana du Parti des Verts (Photo ci haut) est aussi pour une cadence accélérée du développement socio économique du pays.

Selon lui et son parti, “Nous allons accélérer le développement économique du pays par le biais de la réforme de l’impôt que nous opérerons. Nous ciblerons les jeunes entrepreneurs qui seront exonérés d’impôts Durant leurs deux premières années d’activités d’investissement avec l’idée de leur donner une période d’autoaffirmation nécessaire à leurs business. Nous constatons qu’actuellement les investisseurs ne sont pas fiers de s’acquitter de leurs impôts. A l’occasion, ils s’en esquivent”.

Le candidat Mpayimana (photo ci haut) a son idée sur l’impôt foncier. Pour lui, il doit carrément être supprimé et “remplacé par l’impot sur les produits agricoles”. Une critique est vite venue du Parti des Verts à proposed cet impôt foncier. Selon lui, au rythme actuel “le citoyen rwandais semble ne plus posséder sa terre”.

Le Commissaire FPR, Gasamagera Wellars, ne comprend pas la demarche de ces concurrents à la Présidence de la République. Pour lui, les deux débatteurs ne disent pas délibérément les choses telles qu’elles sont car, “partout au monde, tout citoyen doit declarer l’impôt sur son patrimoine”. Du reste, “nous ne devrions pas avoir des avis different sur l’impôt foncier. Nous devrions comprendre son importance primordial. Cet impôt est refinance pour les infrastructures dont profitent les autres citoyens”, a-t-il ajouté justifiant son existence comme indispensable à l’amélioration de l’environnement des échanges économiques.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité