NEC : Tollé de protestations contre contrôle annoncé des réseaux sociaux des politiciens

Publié par Jovin Ndayishimiye
Le 2 juin 2017 à 09:46
Visites :
56 2

La déclaration du Président de la Commission nationale électorale( NEC), Prof Kalisa Mbanda selon laquelle les comptes twitter, facebook et autres réseaux sociaux des politiciens rwandais allaient être visités durant la campagne électorale présidentielle de ce 4 août 2017 a provoqué a provoqué un tollé de protestations dans le chef des institutions publiques autant que dans la société civile.

La Ministre des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été la première à désapprouver une telle decision. Tony Kuramba de la RURA/Rwanda Utility Regulation Authority a suivi. Le Ministre de la Justice a, lui aussi, tenu à critiqué cette sortie publique du Boss de la NEC.

“Avant de publier des messages d’information sur les réseaux sociaux, les politiciens rwandais vont être pries de transmettre ces messages à la NEC pour que celle-ci autorise la publication après l’avoir analysé comme quoi ces messages ne lèsent personne ou qu’ils ne ségrèguent pas les Rwandais. Des politiciens inconnus ou des messages qui ne nous seront pas parvenus ne sont pas autorisés à être publiés. (…) Vous savez, au vu la sensibilité de tells messages, certains pays prennent la responsabilité de fermer l’espace internet quand les gens qui interviennent sur les réseaux sociaux dépassent la mesure. Cette mesure risque d’être prise pour le cas du Rwanda ”, avait alors déclaré le Prof Kalisa Mbanda pregnant une decision brusque hypothéquant cet espace d’expression très chère aux milliers d’internautes rwandais.

“Les provisions de la loi régissant les technologies de l’information et de la communication ne donnent en aucune façon la Commission Nationale Electorale (NEC) le droit de controler les réseaux sociaux encore moins celui d’interdire aux internautes l’accès à ces réseaux”, a décidé Tony Kuramba, le patron de RURA, contredisant ainsi le chef de la NEC.

Le Dirigeant du Parti des Verts rwandais, le Dr Frank Habineza, est lui aussi monté au créneau trouvant dans cette decision une atteinte à la liberté d’expression des politiciens qui pensent pouvoir joindre leurs potentiels électeurs par le biais de leurs comptes twitter et facebook.

“Je respecte sérieusement la NEC mais je suis contre sa decision de controler les réseaux sociaux des gens. Laissez les Rwandais s’exprimer librement. Après tout ils sont suffisamment intelligents pour proférer des désobligeances. Ils savent que la loi de repression de la diffamation existe”, a dit la Ministre Louise Mushikiwabo trouvant elle aussi que les déclarations du patron de la NEC ont été faites dans une precipitation impardonnable de la part d’une personnalité publique.

Le tollé est général. Même le Ministre de la Justice, Johnston Busingye ne comprend pas la démarche du Professeur qui viole le droit à l’expression des hommes politiques rwandais.

Mbanda se dédit

"Les candidats pourront publier du contenu sur les réseaux sociaux sans le soumettre à la commission électorale, et s’ils commettent des fautes ils feront face à la législation", a déclaré Kalisa Mbanda, président de la commission électorale nationale revenant ainsi sur sa décision antérieure. A-t-il reçu une injonction de se dédire officiellement ? Toujours est-il que pour la Ministre Rwandaise des Affaires Etrangères,
"les Rwandais devraient pouvoir s’exprimer librement sur les réseaux sociaux en période d’élection. Nos lois ciblent les abus, pas les opinions !".


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité