IGIHE.com \BB Politique
Les fonds de soutien aux activités des Partis de la Coalition Gouvernementale, un bilan mitigé
Publié le 20-11-2012 - à 13:03' par Jovin Ndayishimiye

Tous les 10 partis politiques officiellement agréés font partie d’un organe national dit Forum de Concertation des Formations Politiques (FFP). Ils reçoivent annuellement un soutien financier généralement dans le cadre de la capacity building. Au cours de l’année budgétaire 2011-2012, chacune de ces formations politiques a reçu quelques 15 millions de francs venat directement du Budget National annuel par le biais de ce FFP.

A part ce soutien gouvernemental versé aux partis politiques, la plupart de ces partis ont d’autres sources de revenus qui les aident expédier les affaires courantes de leurs partis. Il s’y ajoute aussi les contributions de leurs adhérents.

“Le FFP ne dirige pas les partis en son sein. Ce sont eux qui doivent être mis en évidence. La ligne politique officielle veut que le FFP n’empiètte pas sur les libertés et les droits des partis politiques membres”, a déclaré M. Anicet Kayigema, le Secrétaire Général du Forum avant d’ajouter que, pour ce qui est du financement gouvernemental des activités desdits partis politiques “Tous les partis partagent équitablement le montant alloué par le Gouvernement. Il faut dire qu’il n’a jamais été prévu par une quelconque loi un fedback à travers l’exposition des réalisations des ditspartis rendues possibles par ces montants”
“Nous donnons un rapport de gestion de ces fonds octroyés par le FFP. Dans notre parti, l’UDPR/Union Démocratique du Peuple Rwandais, nous n’avos pas prévu une journée annuelle particulière du bilan des activités du parti mais en général, nos activités de parti se font de façon solennelle. Nous n’y voyons aucun problème”, a déclaré IGIHE, Gonzague Rwigema, Président de l’UDPR et Député national.

Nyiranzeyimana Marie Brigitte, Secrétaire générale du PSD/ Parti Social Démocrate a déclaré qu’à part ces fonds qui émargent du budget national annuel, que son parti a beaucoup de sources de revenus dont les contributions de ses membres et des recettes de location de ses maisons en ville de Kigali. Il y a aussi, a-t-elle déclaré, une somme importante de 120 millions qu’il gère versé par le Gouvernement pour avoir totalisé plus de 5% des voix lors des récentes élections présidentielles de 2010.
“Jusqu’à ce jour, nous n’avons pas encore préparé une journée de bilan des activités réalisées par le parti. Mais celui qui serait curieux à ce sujet, nous lui expliquons tout et dans le détail”, a déclaré Nyiranzeyimana ajoutant qu’au sein du parti, ils pensent organiser une telle journée à l’avenir.”

Mais que va-t-on montrer comme bilan de leurs réalisations du moment que ces partis de la coalition gouvernementale se tiennent coi même quand l’opposition de la diaspora tape dur sur le régime.

“On ne voit guère leurs déclarations à propos des communiqués de ces formations politiques non encore agréées qui les traitent de partis alimentaires”, confie à Igihe cet analyste politique qui a requis l’anonymat, ajoutant que la lutte actuelle entre les partis de la coalition gouvernementale et ceux de l’opposition frontale de la diaspora pourrait être remportée par les premiers au cas où tous ces partis de la coalition, petits et grands, développaient une sorte de critique interne maîtrisable en leur sein et au sein du FFP et qu’ils utilisaient les fonds à leur disposition de telle façon qu’ils montrent une réelle activité politique à tous les niveaux de la société jusqu’à la base communautaire.

Il voulait dire par là que les politiciens des partis de la coalition gouvernementale autres que le FPR ont transformé leurs partis en clubs politiques privilégiés qui se réveillent partiellement à l’heure des rendez-vous électoraux.
“Que les partis membres du FFP brandissent leurs programmes politiques dans leurs démarches de sensibilisation populaire ! Il faut dire qu’ils sont peu nombreux ceux qui ont des lignes idéologiques claires. Pourtant ; si leurs websites qu’ils ont construits n’étaient pas désespérément vides sur ce point, ils auraient participé à gagner la lutte que mène leur régime. Le problème est qu’autant l’opposition rwandaise est idéologiquement vide, autant le sont-ils également. La seule différence c’est que l’opposition sait battre ses tambours pour chaque incartade que commet le régime qu’elle qualifie de FPR au moment où aucun communiqué n’est émis de la part d’une permanence d’au moins un parti de la coalition montrant une sorte de réctificatif, de démenti ou carrément de protestation contre la propagande souvent incorrecte et plate de cette opposition’’, a ajouté l’analyste politique.

La question n’est pas que les partis de la coalition gouvernementale et tous membres du FFP doivent nécessairement montrer comment ils ont utilisé les montants leur versés venant du budget national. Il s’avère plutôt impérieux qu’ils travaillent dans le sens qualitatif de leur action politique à la base communautaire avec objectif d’apprentissage citoyen aux véritables valeurs de la démocratie qui passent par l’amour du travail pour plus de productivité de marché, de la tolérance des idées et du statut social d’autrui et des valeurs du genre.

Du moment que de l’exercice budgétaire gouvernemental 2011-2011, ces partis ont reçu chacun 15.200.000 Frw pour soutien à leurs activités politiques auprès de leurs partisans, pense-t-on que plus tard, l’évaluation qualitative du bilan viendra nécessairement au bout d’une certaine période et que ces partis devront montrer des indicateurs mesurables de leur action en matière d’éducation citoyenne aux valeurs démocratiques.

Commentaires

ANDIKA ICYO UTEKEREZA KURI IYI NKURU

AMATEGEKO AGENGA IYANDIKA RY'IGITEKEREZO CYAWE:
Witandukira kubijyanye n'iyi nkuru; wikwandika ibisebanya, ibyamamaza cyangwa bivangura; wikwandika ibiteye isoni,
Wifuza kubona byihuse ibivugwa/ibisubizo ku gitekerezo cyawe, andika email yawe ahabugenewe.
Igitekerezo cyawe kigaragara nyuma y'isuzuma rikorwa na IGIHE.com
Ibi bidakurikijwe igitekerezo cyanyu gishobora kutagaragara hano cyangwa kigasibwa, Murakoze!