Le directeur du FBI rejette les accusations de mise sur écoute de Trump par l’administration Obama

Publié par Igihe.com
Le 6 mars 2017 à 03:57
Visites :
56 2

Donald Trump a accusé dimanche Barack Obama de l’avoir placé sur écoute pendant la campagne électorale. Mais le patron du FBI, James Comey, a jugé ces accusations sans fondement et demandé au ministère de la Justice de les rejeter publiquement.

Plusieurs médias américains dont le New York Times et le Washington Post ont indiqué dimanche 5 mars que le directeur du FBI, James Comey, considérait que les accusations d’espionnage que le président Donald Trump a lancées contre son prédécesseur Barack Obama comme dénuées de fondement. Le patron du FBI aurait d’ailleurs demandé au ministère de la Justice de les rejeter publiquement.

Donald Trump a lancé la veille ces allégations dans des tweets matinaux. Elles ont été catégoriquement démenties depuis par le porte-parole de Barack Obama et elles ont suscité beaucoup de scepticisme dans la classe politique américaine.

États-Unis
Donald Trump
Barack Obama

Amériques
Le directeur du FBI rejette les accusations de mise sur écoute de Trump par l’administration Obama

inPartager

0print

© Tasos Katopodis, AFP | Le directeur du FBI, James Comey, le 10 janvier 2017 à Washington.

Texte par Valentin GRAFF

Dernière modification : 06/03/2017
Donald Trump a accusé dimanche Barack Obama de l’avoir placé sur écoute pendant la campagne électorale. Mais le patron du FBI, James Comey, a jugé ces accusations sans fondement et demandé au ministère de la Justice de les rejeter publiquement.

Plusieurs médias américains dont le New York Times et le Washington Post ont indiqué dimanche 5 mars que le directeur du FBI, James Comey, considérait que les accusations d’espionnage que le président Donald Trump a lancées contre son prédécesseur Barack Obama comme dénuées de fondement. Le patron du FBI aurait d’ailleurs demandé au ministère de la Justice de les rejeter publiquement.

Donald Trump a lancé la veille ces allégations dans des tweets matinaux. Elles ont été catégoriquement démenties depuis par le porte-parole de Barack Obama et elles ont suscité beaucoup de scepticisme dans la classe politique américaine.

Une information tirée de Breitbart ?

Selon le Washington Post, "Trump (…) pourrait faire référence à des commentaires sur (le site ultra conservateur) Breitbart et une radio conservatrice suggérant qu’Obama et son administration auraient utilisé des moyens de police fédérale, à l’automne, pour surveiller l’équipe de Trump". Cet article de Breibart, publié vendredi 3 mars, a circulé parmi l’équipe actuelle du président, selon le Washington Post qui cite une source à la Maison Blanche.

"Le président Donald J. Trump demande que, dans le cadre de leurs enquêtes sur l’activité russe, les commissions sur le renseignement au Congrès exercent leur autorité de supervision pour déterminer si les pouvoirs d’enquête de la branche exécutive ont été outrepassés en 2016", a indiqué Sean Spicer, porte-parole de la Maison Blanche, dans un communiqué publié dimanche.

Le républicain Devin Nunes a assuré que la commission du renseignement, qu’il préside à la Chambre des représentants, répondrait favorablement à cette demande et chercherait "à savoir si le gouvernement (avait) mené des activités de surveillance sur des responsables ou des représentants de l’équipe de campagne d’un parti politique".

Avec france24.fr


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité