LafargeHolcim reconnaît que son usine en Syrie a financé des groupes armés

Publié par Igihe.com
Le 2 mars 2017 à 04:37
Visites :
56 2

Le géant mondial du ciment LafargeHolcim a reconnu, jeudi dans un communiqué, avoir "indirectement" financé en 2013 et 2014 des groupes armés dans le nord de la Syrie, dans le but de continuer à faire fonctionner sa cimenterie.

Le premier cimentier mondial LafargeHolcim a admis jeudi, à la suite d’une enquête interne, que sa cimenterie en Syrie avait conclu des arrangements financiers "inacceptables" avec des groupes armés actifs dans le nord du pays.

"Il apparaît après enquête que notre usine locale a fourni des fonds à des tierces parties dans le cadre d’arrangements avec un certain nombre de ces groupes armés, dont des organisations interdites, afin de pouvoir continuer à fonctionner et d’assurer la sécurité du passage des employés (…)", déclare le groupe suisse dans un communiqué.

Ces arrangements qui ont eu lieu en 2013, se sont prolongés jusqu’à ce que l’usine soit évacuée en septembre 2014, a précisé le géant du ciment. Selon Le Monde, qui avait révélé l’affaire en juin 2016, ces arrangements ont notamment profité à l’organisation État islamique (EI).

"Inacceptables"

L’enquête interne n’a pas permis d’établir avec certitude les destinataires finaux de ces fonds, assure le groupe dans son communiqué, ajoutant : "Avec du recul, les conditions exigées pour assurer la continuation du fonctionnement de l’usine étaient inacceptables."

Sur la foi d’échanges de mails consultés par les journalistes du Monde, la direction de Lafarge, aujourd’hui partie intégrante de l’ensemble LafargeHolcim, issu de la fusion avec le suisse Holcim était visiblement au courant de la situation.

Ces pratiques ont été confirmées par Jacob Waerness, gestionnaire de risques à Lafarge Syrie entre 2011 et 2013, dans un entretien exclusif accordé à France 24. Mi-novembre, Le Monde et France 24 révélaient également le climat et les conditions de sécurité dans l’usine dans les années qui ont précédé.

De son côté, le ministère français de l’Économie a déposé plainte au parquet de Paris, cet automne, sur de possibles infractions commises par le cimentier français Lafarge en Syrie.

Avec france24.fr


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité