IGIHE.com \BB Politique
La tension monte entre les autorités belges et burundaises
Publié le 22-11-2016 - à 14:24' par igihe

Ce lundi, le Sénat belge a organisé une conférence autour du thème « Qu’est-ce qui empêche la communauté internationale d’agir et de protéger le peuple burundais ? », au Parlement de Belgique, avec la participation notamment de la société civile burundaise en exil et de nombreuses ONG internationales. Cette réunion a suscité une forte polémique à Bujumbura où le pouvoir ne décolère pas.

Le responsable de la communication du chef de l’Etat burundais ne décolérait pas lundi soir. Il s’insurge contre une réunion, dit-il, qui n’a vu que la participation de la seule opposition et où l’on a proféré les pires mensonges sur le Burundi, dit-il. C’est la preuve à ses yeux que la Belgique joue un « rôle dans la déstabilisation du Burundi ».

« C’est une insulte, une énième insulte ! C’est inacceptable. C’est une leçon, le peuple burundais tire la conclusion que la Belgique est toujours derrière tous les actes d’agression et de perturbation de l’ordre public dans le pays », estime Willy Nyamitwe.

A la fin de cette conférence, Hélène Ryckmans, sénatrice belge et l’un de ses organisateurs s’est dit inquiète pour l’avenir du Burundi. Et d’écarter d’un revers de main les réactions outrées et autres menaces en provenance de Bujumbura.

« Je pense que c’est une tentative un peu désespérée du gouvernement en place de faire porter la responsabilité de ses propres errements à des gouvernements extérieurs. Et le président du Sénat a bien rappelé ce matin que c’était une des responsabilités de la Belgique que l’on puisse discuter de la situation au Burundi et voir quels voies et moyens nous pouvions avoir pour faire bouger les choses ».

La sénatrice belge dénonce, après avoir suivi les exposés de différents intervenants, le rôle désormais central de la jeunesse du parti au pouvoir, les Imbonerakure, que l’ONU a qualifié de milice. Elle dénonce aussi une répression devenue aujourd’hui moins visible, mais qui n’en demeure pas moins féroce, dit-elle.

Avec rfi.fr


Kwamamaza
Commentaires

La Belgique a eu toujours l’oeil sur le Burundi depuis que son dernier ressortissant a quitté notre pays en 1962. Néanmoins, le pays a connu un bain de sang depuis le départ des colonisateurs et on ne voit nulle part dans l’histoire l’action de la Belgique pour mettre fin aux meurtres des Burundais de 1968 en passant par 1972 à1993 quand le Président démocratiquement élu a été sauvagement assassiné.

Quel amour de la Belgique pour le Burundi ? Wait and see,time will tell.

Répondre23.11.2016 à 06:50
David

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Ne vous eloignez pas du sujet de discussion; Les insultes,difamations,publicité et ségregations de tous genres ne sont pas tolerées
Si vous souhaitez suivre le cours des discussions en cours fournissez une addresse email valide.
Votre commentaire apparaitra apre`s moderation par l'équipe d' IGIHE.com
En cas de non respect d'une ou plusieurs des regles d'utilisation si dessus, le commentaire sera supprimer. Merci!