L’ONG CIAT fournit des informations satellitaires aux fermiers pour une agriculture productive

Redigé par igihe.com
Le 22 février 2017 à 07:53
Visites :
56 2

Huit cent fermiers formés dans trois secteurs du district de Kayonza, qui sont Murama, Rwinkwavu et Kabare, utilisent l’information fournie par l’ONG CIAT (Centre International pour l’Agriculture Tropicale) sur le climat et ils parviennent à prendre une décision utile dans leur activité agricole, selon Dr Désiré Kagabo, chercheur au sein de CIAT.

« Le présent projet est appuyé par l’Agence Américaine pour le Développement Internationale (USAID). Notre travail consiste à donner aux fermiers une information fournie online par le radar sur la pluie, le vent, la foudre, etc. et sur le climat en général. Ce radar parvient à fournir les données sur le ciel tanzanien et congolais. Cela nous permet de déterminer la quantité de pluie en millimètres qui va tomber, la quantité d’eau nécessaire pour faire grandir telle culture, et la durée que prendra la culture pour atteindre sa maturité », a-t-il expliqué.

Dr Kagabo a rappelé que son service informe aussi les fermiers sur les cultures favorables à leur zone agricole. Les gens ont été ainsi informés et savent exploiter cette information sur le climat. Ils sont capables d’interpréter telle ou telle graphique.

Dr Kagabo a tenu ces propos devant une vingtaine de journalistes qui visitent pendant trois jours successifs trois districts pilotes, Kirehe, Burera et Nyanza, où est expérimentée cette utilisation de l’information fournie par les technologies sur le climat et l’agriculture.

Les gens formés savent ainsi faire des analyses, déterminer la quantité de pluie qui les motive à semer. Le Programme Twigire Muhinzi (Programme pour l’autonomisation du fermier) mis en œuvre par le Ministère de l’Agriculture (MINGRI) avance dans le rythme de l’utilisation des données fournies par CIAT. Les institutions et les autorités locales autant que les fermiers sont tous incorporés dans ce programme d’appui aux fermiers.

Il est prévu que ce programme s’étendra à l’ensemble de tous les districts du pays. L’on doit noter que le pays compte maintenant 14.200 fermiers promoteurs(FP) dans les villages pour encadrer les fermiers.

Chaque village est doté d’un FP qui supervise cinq groupes de vingt fermiers chacun. Et le FP a la mission de former tous ces fermiers. C’est dans ce cadre que l’agriculture transformative portera ses fruits, en devenant plus productive, professionnelle et rentable.

Dr Kagabo a dit que ses services disposent des données satellitaires sur une distance de 4 km sur tout le pays. Quand le fermier part de ces informations et qu’il recourt à des intrants organiques et chimiques, à de bonnes semences, et qu’il respecte le temps de semer, tout en soignant le sol, il y a lieu qu’il atteigne une bonne récolte.

Les échanges entre fermiers et Dr Kagabo ont permis de montrer que les trois secteurs disposent de gens formés pour mettre au point le fumier organique et répondre à toutes les questions que se posent les fermiers.

Au niveau de l’irrigation, quand les fermiers se mettent ensemble, ils peuvent acheter une machine à six cent mille Frw. Les 150 mille Frw sont rassemblés par les fermiers. Tandis que les 450 mille Frw sont donnés à titre de dons.

« L’important est d’aménager le sol à temps, disponibiliser les intrants, et attendre que le signal pour semer soit fourni. Et le fermier doit semer ainsi à temps. Dans ces conditions, la récolte sera bonne, même si les pluies n’ont pas été abondante à souhait », a relevé un des fermiers formateurs.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité