IGIHE.com \BB Politique
En route vers la présidentielle américaine Inégalités, démocratie, éducation : ce qui devrait rester de Bernie Sanders...
Publié le 20-06-2016 - à 17:14' par IGIHE

Hillary Clinton a gagné l’investiture démocrate, mais il ne faudra pas oublier ce que son principal opposant, Bernie Sanders, a dit et apporté durant la campagne. Pour la gauche comme pour la droite du Parti démocrate, le programme du sénateur du Vermont comporte des vérités qui concernent tout le monde et qui doivent être prises au sérieux si on s’intéresse, ne serait-ce qu’un instant, à une croissance durable de notre économie.

Inégalités

Si Hillary Clinton doit retenir une proposition de Bernie Sanders, c’est celle sur les inégalités. Bernie Sanders a mis en lumière dans les derniers mois le fait que la part de la richesse américaine que s’accaparent les plus riches ne cesse d’augmenter. Nous sommes de retour, en fait, à la situation qui prévalait au moment de la crise de 1929. La part de richesse des gens qui représentent 0,1 % des mieux nantis est égale aujourd’hui à la part détenue par les 90 % de ménages les moins riches.

Ce discours, porté par un homme qui se décrit comme un socialiste, est rejoint, en partie, par le Fonds monétaire international (FMI), apôtre historique de l’ouverture des marchés, de la mondialisation, du néolibéralisme et de la déréglementation.

Dans un texte publié en 2011, les économistes Andrew Berg et Jonathan Ostry, du FMI, écrivaient que « la hausse des inégalités de revenus aux États-Unis dans les récentes décennies est radicalement similaire à la hausse connue durant les années 20. [...] Plus d’inégalités, ont-ils écrit, pourraient réduire la durée de la croissance, mais des efforts mal conçus pour réduire les inégalités pourraient être contre-productifs. »

Jonathan Ostry, avec deux autres économistes, Prakash Loungani et Davide Furceri, écrivaient encore tout récemment que le néolibéralisme a été « survendu », que les politiques favorisant l’austérité et l’ouverture des marchés ont eu des effets moins porteurs qu’attendu. Selon leurs observations, le néolibéralisme a augmenté les inégalités, ce qui a pour résultat d’entraîner une pression négative sur la croissance économique. Les premières victimes dans ces circonstances, ce sont les plus démunis, plus gravement touchés lors de crises.

Démocratie

Bernie Sanders dit aussi que « le système de financement politique est corrompu, de plus en plus contrôlé par les milliardaires et les intérêts particuliers ». Hillary Clinton peut-elle faire quelque chose sur ce plan, elle qui est vue comme un produit de l’establishment de Washington ? Les lobbys sont partout au Congrès américain et font avancer, de mille façons, leurs intérêts, notamment ceux de Wall Street.

« La nécessité d’une vraie réforme du financement électoral n’est pas un enjeu progressiste, écrit Bernie Sanders sur son site web. Ce n’est pas un enjeu conservateur. C’est un enjeu américain. C’est un enjeu qui doit préoccuper tous les Américains, peu importe leur point de vue politique, qui veulent préserver l’essence même de la plus importante démocratie du monde, un gouvernement qui doit représenter tout le monde et non pas les intérêts de quelques privilégiés riches et puissants. »

Il propose une réforme pour mettre en place un financement électoral public. Est-ce la bonne solution ? C’est à voir... mais il est clair qu’Hillary Clinton doit insuffler un vent nouveau à Washington sur cette question.

Éducation

À gauche comme à droite, nous savons que l’éducation enrichit une société. Plus les jeunes sont formés et diplômés, plus ils se donnent des chances de mieux gagner leur vie, d’être en meilleure santé et d’être plus heureux. L’économiste Pierre Fortin nous disait récemment que d’obtenir un diplôme d’études secondaires allait enrichir une personne de 500 000 $ de plus, en moyenne, sur une vie de travail.

Bernie Sanders va jusqu’à proposer la gratuité scolaire dans les collèges publics et les universités aux États-Unis. « Ce n’est pas une idée radicale, dit-il. L’an dernier, l’Allemagne a éliminé les droits de scolarité parce que le pays croit que de facturer 1300 $ par année décourage les Allemands d’aller au collège. L’an prochain, le Chili fera la même chose. La Finlande, la Norvège, la Suède et plusieurs autres pays du monde offrent aussi la gratuité dans leurs collèges à tous leurs citoyens. »
Bernie Sanders et Hillary Clinton lors d’un débat démocrate.
Bernie Sanders et Hillary Clinton lors d’un débat démocrate. Photo : Carlo Allegri/Reuters

Hillary Clinton propose la gratuité pour les « community colleges », une formation de deux ans, pour les étudiants qui ont peu de moyens. Dans l’objectif de réduire les inégalités sociales et économiques aux États-Unis, qui sont particulièrement importantes, devrait-elle aller plus loin et retenir des propositions de Bernie Sanders en matière d’éducation ? Devrait-elle aller jusqu’à la gratuité complète dans les collèges et les universités ?

Bernie Sanders propose une taxe sur les transactions financières de Wall Street pour financer cette gratuité. Devrait-on faire ce débat aux États-Unis ?

Alors...

Les démocrates n’ont pas cru que Bernie Sanders était le candidat qui allait les conduire à la victoire en novembre prochain. Son programme, bien campé à gauche, n’était pas crédible pour certains, trop audacieux pour d’autres, une « révolution », comme le disait Bernie Sanders. Restent toutefois des idées, qui ne doivent pas toutes être évacuées et qui doivent, à tout le moins, alimenter le débat de la campagne qui s’amorce contre Donald Trump.

Avec Radio Canada


Kwamamaza
Commentaires

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Ne vous eloignez pas du sujet de discussion; Les insultes,difamations,publicité et ségregations de tous genres ne sont pas tolerées
Si vous souhaitez suivre le cours des discussions en cours fournissez une addresse email valide.
Votre commentaire apparaitra apre`s moderation par l'équipe d' IGIHE.com
En cas de non respect d'une ou plusieurs des regles d'utilisation si dessus, le commentaire sera supprimer. Merci!