IGIHE.com \BB Politique
Discours du Président Kagame sur l’état de la nation
Publié le 1er-01-2013 - à 14:31' par Jivin Ndayishimiye

Le président Paul Kagame a prononcé le discours qui montre les réalisations du régime au cours de cette année 2012 qui vient de s’achever. Il s’est penché sur les indicateurs économiques tels qu’ils apparaissent dans le recensement de la population de 2012.

« Ce recensement général de la population permettra une bonne planification et des services à la population seront offerts sur base d’indicateurs actualisés », a dit Kagame satisfait des efforts consentis par les agents publics en matière de stratégies de sensibilisation au planning familial national où il a été constaté que le taux de natalité est passé de 2,9 en 2002 à 2,6% en 2012.

Pas appréciable en matière de développement

Beaucoup d’indicateurs montrent, a-t-il dit, une bonne croissance économique de 7,7% en 2012. Cette croissance est due à l’accroissement de la qualité des services rendus (13,5 %) et des investissements industriels (6%) au cours de cette année 2012 qui s’achève.

« Cette croissance économique aurait pu être élevée davantage n’eut été la crise économique mondiale et les conséquences de la situation de guerre que connaît notre voisin la RDC, une situation de guerre dont les causes sont mises à tort sur le Rwanda. Pourtant ceux-là qui accusent le Rwanda, ce sont eux qui sont à la base de toute cette instabilité de la RDC », a-t-il déclaré.

Le rapport ’biaisé’ d’experts onusiens

Il a accusé de léger et non fondé le rapport d’experts onusiens condamnant le Rwanda pour sa présumée immixtion dans les affaires congolaises ; un rapport sur lequel se sont basés quelques uns des bailleurs de fonds du Rwanda pour suspendre leurs aides. « Et cette suspension n’a pas non plus suivi le protocole conventionnel sur les pratiques et la coopération internationales », a-t-il ajouté.

Le Président a longuement insisté sur les leçons dégagées de cette suspension brutale des aides au Rwanda. Pour lui, il n’a pas été surpris de ce mouvement quasi général.

« Si on jette un regard sur le récent passé et que nous nous souvenons d’actes similaires qui ont été posés et nos déclarations officielles partant de ces actes, il était prévisible que cette aide extérieure pouvait à n’importe quel moment être suspendu. Il n’est même nécessaire que cette suspension se base sur des fausses causes parce que ce sont ces bailleurs qui les décident. Notre objectif doit être de lutter graduellement pour davantage de productivité et ainsi de réduire notre dépendance de l’étranger tout en attirant beaucoup d’investissements étrangers. Nous devons tenir ferme à cet objectif », a déclaré le Président Paul Kagame.

Selon lui, la suspension des aides étrangères ne fait que retarder le développement du Rwanda mais « elle ne nous empêchera pas de continuer à faire tout notre possible pour évoluer et faire en sorte que tous les citoyens rwandais dépassent le seuil de pauvreté autant que dans les 5 dernières années plus d’un million de Rwandais l’ont dépassé ».

Plus de productivité et économie de marché sur tout le territoire

Le Président Kagame recommande aux citoyens rwandais plus de productivité, plus de création de richesses sociales et une bonne compréhension de la voie du développement ; qu’ainsi, la coupure des aides étrangères aura donnée une bonne leçon aux Rwandais.

Selon lui, la base pour un bon départ y est déjà. Il s’agit de dispositions du citoyen rwandais pour l’ardeur au travail productif, la sécurité, la paix et la bonne gouvernance de la société rwandaise.

Collaboration avec les banques et instituts de microfinance ; une nouvelle culture populaire

Il montre d’autres réalisations qui montrent un environnement propice à la production de richesses nationales et, partant, d’indépendance économique du pays :

« Le nombre de banques commerciales s’est accru y compris leurs succursales éparpillées partout dans le pays. Les SACCO- Coopératives populaires d’Epargne et de Crédit sont présentes partout dans les districts et secteurs administratifs du pays pour le grand bénéfice de leurs membres et de tous les citoyens rwandais en général. Les citoyens demandeurs des services de crédits de ces coopératives sont passés de 49% en 2008 à 72% en 2012. Les crédits débloqués durant l’an 2012 par les banques commerciales et autres institutions financières locales avoisinent le montant de 440 milliards de Frw (environ 700 millions de dollars). Ce qui est nettement mieux que les sommes de crédit débloquées en 2011 de l’ordre de 309 milliards de frw (env. 490 millions de dollars) », a déclaré le Chef de l’Etat confiant qu’avec la culture naissante du citoyen rwandais consistant à placer son argent en banque et de collaborer avec les banques pour le financement de ses activités,

« Nos richesses sociales s’accroîtront davantage. La preuve c’est que les exportations pour cette année 2012 se sont accrus de 75% en volume et de 26% en valeur au moment où les importations ont connu un accroissement de 29% en quantité et de 14% en valeur ».

Les investissements dans le pays

Il a noté avec satisfaction l’augmentation du nombre d’investisseurs locaux et étrangers dans le pays pour cette année 2012 avec 570 millions de dollars par rapport à l’an 2011 où les investissements étaient de 483 millions de dollars. Il a montré que certains investissements sont stratégiques dans la mesure où ils créent des infrastructures nationales durables dans les secteurs énergie avec des raccordements en électricité des ménages, des hôtels et la compagnie aéroportuaire Rwandair qui fait la liaison avec les pays de la région.

« Tout ce développement est rendu possible parce que nous avons mis en place des stratégies de facilitation des investisseurs étrangers au Rwanda », a-t-il déclaré.

Infrastructures routières et urbaines

Il a parlé des chantiers en cours de construction de nouvelles voies routières Rusizi-Rubavu et la remise à neuf de celles existantes Kigali-Musanze, Kigali-Gatuna, Ntendezi-Huye.

Des villes d’importance nationale, petites et des agglomérations urbaines se sont améliorées partout dans le pays. L’électrification rurale et accès à l’eau potable connaîssent des progrès quoique beaucoup d’efforts doivent continuer d’y être consentis pour que chaque Rwandais y ait accès, a-t-il dit.

Production minière et l’Hôtellerie ; secteurs de pointe

Le président a montré combien le gouvernement attache une grande importance aux secteurs minier et touristique qui pèsent beaucoup dans les efforts d’équilibrage de la balance commerciale du Rwanda.

« Le secteur minier a fait des rentrées en devises de 128 millions de dollars en l’an 2012. Il est constatable que dans les jours à venir, cette production s’accroîtra davantage et créera beaucoup d’emplois. Les hôtels et le tourisme ont fait des rentrées de l’ordre de 232 millions de dollars jusqu’en Octobre 2012 au moment où toute l’année 2011 les rentrées enregistrées n’étaient que de 204 millions. L’amélioration des services offerts aux touristes y ont joué beacoup », a dit le Président Kagame.

Importance de l’ICT

Kagame a loué le pas franchi par les rwandais dans l’utilisation de nouvelles technologies de l’information et de la communication et leur impact positif dans les échanges d’informations diverses, les connaissances, le transfert d’argent et le monitoring des prix des produits sur le marché rwandais et étranger.

Le secteur Education

De nombreux jeunes rwandais ont fréquenté l’école plus que les autres années, il y a eu cette année 2012, un accroissement de 2,3% de jeunes fréquentant l’école formelle passant de 2,341,146 en 2011 à 2,394,674 cette année, a-t-il dit, ajoutant que l’accès aux soins de santé est facile pour chaque citoyen rwandais qui en éprouve le besoin.

Puis il est allé dans le détail des niveaux d’éducation : 76629 étudiants dans les universités pour 2012 par rapport à 73674 pour 2011.

Il a également parlé de l’introduction au cours de l’an 2012 qui s’achève, de la 12YBE (Enseignement pour tous de 12 ans jusqu’à fin Humanités) qui est le prolongement du programme 9YBE (Tronc Commun).

Carrières professionnelles et savoir-faire

Il a aussi noté les efforts du gouvernement mis dans l’enseignement des métiers montrant que cette année a enregistré quelques 74320 apprenants par rapport aux 67919 de l’an 2011.

Pour le président, ce programme de formation en savoir faire professionnels est important pour des jeunes qui veulent commencer leurs propres business et capables de monter leurs propres industries partant des secteurs agriculture et élevage et autres.

Il a ensuite parlé des universités étrangères qui ont implanté leurs succursales dans le pays au cours de cette année dont l’américaine Carnegie Mellon disant que cela permettra l’amélioration de la qualité de l’éducation dans le pays.

Santé ; un corps sain, plus productif

Le président a parlé des efforts consentis par le Gouvernement pour augmenter le nombre de centres de santé et du personnel médical. « Il a ya aussi certains médecins venus de l’étranger, spécialement des USA et des universités variées y compris ceux des hôpitaux de grande renommée pour renforcer la capacité du domaine médical rwandais », a-t-il déclaré.

Réforme de la Mutuelle de Santé

Le président de la République a décrit comment le programme national permettant un accès facile aux soins de santé pour tout citoyen rwandais a été révisé pour permettre au citoyen de se faire soigner dans n’importe quel hôpital du pays.

Selon Kagame, les maladies récurrentes et ravageuses comme la malaria, la mortalité infantile et mères mourant dans les couches diminuent très sensiblement car le taux de mortalité infantile est passé de 152 pour Mille en 2005 à 54 pour Mille ; celui des mères mourant dans leur maternité est passé pour la même période de 750 pour Mille à 134 pour mille en cette année.

Les morts liées à la malaria sont passées de 54% en 2005 à seulement 6% pour 2012.

Malnutrition intolérable

Le chef de l’Etat est conscient que certaines régions du pays sont caractérisées par une malnutrition « liée à une pauvre conception de la vie et à l’ignorance ». Il a promis de lutter contre un tel état de fait.

« Nous mettrons beaucoup d’effort pour lutter contre la malnutrition… Il ne se conçoit pas que notre pays a une production alimentaire suffisante et que certaines de ses régions connaissent une malnutrition. Nous allons également augmenter le nombre de nos médecins et accroître leur capacité de spécialisations en savoir faire diversifiés… »

Le secteur judiciaire

Le président Kagame a déclaré que les lois subissent une révision quand il s’avère nécessaire.

Il a ajouté que cela se fait sur base de bons principes contenus dans des conventions internationales. Certaines juridictions internationales et des pays de la Communauté internationale ont apprécié le niveau atteint par le secteur judiciaire rwandais. Pour cela, ces pays extradent vers le Rwanda des présumés génocidaires rwandais.

Le président montre la politique sectorielle rwandaise en matière de peine d’emprisonnement :

« Nous avons réduit les peines d’emprisonnement et voulons que les prisons soient des centres correctionnels. Ceci a fait que le nombre de prisonniers et de prisons a été revu à la baisse."

Dans le discours du Président Paul Kagame sur l’Etat de la Nation, il a longuement insisté sur le fait que ce secteur judiciaire commence à s’affirmer dans la vie des Rwandais avec l’ordre des conciliateurs Abunzi qui rentre dans la culture rwandaise.

« Cet Ordre des conciliateurs a diminué sensiblement beaucoup de disputes qui auraient dû aller devant les tribunaux. Nous avons mis sur pied dans chaque district un Corps de Conseillers Juridiques qui conseille les citoyens en matière judiciaire » a déclaré le Président qui a apprécié le travail abattu par les juridictions Gacaca qui ont clos leurs activités au cours de cette année.

« Ces Juridictions ont été une excellente réponse aux problèmes des citoyens rwandais liés avec le Génocide des Tutsi de 1994… »

Enfin, il a remercié les Rwandais de divers horizons et des amis du Rwanda pour le soutien qu’ils manifestent à l’alimentation du Fonds de Développement Agaciro qui est le fruit de leur invention et création.

Commentaires

ANDIKA ICYO UTEKEREZA KURI IYI NKURU

AMATEGEKO AGENGA IYANDIKA RY'IGITEKEREZO CYAWE:
Witandukira kubijyanye n'iyi nkuru; wikwandika ibisebanya, ibyamamaza cyangwa bivangura; wikwandika ibiteye isoni,
Wifuza kubona byihuse ibivugwa/ibisubizo ku gitekerezo cyawe, andika email yawe ahabugenewe.
Igitekerezo cyawe kigaragara nyuma y'isuzuma rikorwa na IGIHE.com
Ibi bidakurikijwe igitekerezo cyanyu gishobora kutagaragara hano cyangwa kigasibwa, Murakoze!