Burundi : L’État dans l’état d’anarchie

Publié par Issa Ndimurwanko
Le 19 février 2017 à 01:58
Visites :
56 2

Arrivé au pouvoir par la guerre avec la facilitation de voie de négociation. Le parti présidentiel CNDD-FDD s’entête dans une logique belliqueuse dont il ne connait pas les résultats finaux.

Ces gens-là n’ont pas saisi l’opportunité régionale d’intégration. Lorsqu’on regarde par exemple, le transport sous régional on constate que le Burundi est absent sur le réseau routier sous régional, tous les camions transportant des biens commerciaux sont tous tanzaniens et les Bus sont rwandais, tanzaniens et ougandais.

Ce qui est étonnant c’est que les DD ( les responsables du parti FDD-Forces de Défense de la Démocratie) se targuent d’avoir développé le pays particulièrement lorsqu’ils parlent de la zone rurale en citant les bâtiments servant l’éducation, mais il faut regarder la qualité de ces écoles.

Leurs concepteurs n’avaient pas de vision d’avenir, car ils ne répondent pas aux qualités d’édifices d’éducation. Passer à côté de leurs latrines tu vomis sur le champ parce qu’elles sont très puantes. Les bâtisses devraient être construites avec une idée qu’un jour le pays se développera et l’État sera obligé d’introduire des équipements informatiques aisément et les électrifier.

J’avais oublié de citer la femme qui accouche gratuitement et l’enfant de moins de cinq ans soigné gratuitement. Il faut être une maman enceinte pour connaître la réalité de choses.

Ce pouvoir ne s’est pas montré conciliant et innovant dans la mesure où les querelles ethniques reviennent sur la place publique à l’instigation des autorités publiques même si une partie d’opposition n’est pas à l’abri de ce comportement éhonté. C’est bête qu’une personne ayant vécu l’exclusion sociale pendant plusieurs années puisse reproduire les mêmes erreurs que celles des gouvernements putschistes d’antan. Ils n’ont rien appris de l’histoire passée, car un chef élu démocratiquement devient un père de la nation ; il gouverne pour tous par des lois justes.

Les dirigeants actuels pensent qu’ils sont là pour l’intérêts de leurs frères hutu or c’est faux, ils sont là pour leurs seuls intérêts égoïstes. S’ils sont là pour leurs frères de lignage, combien de pourcentage des ruraux sont sortis de la misère, depuis qu’ils dirigent le pays ? Certains citoyens fuient la famine qui frappe le pays : ceux qui résistent sont fréquemment malades parce que leurs corps affichent une carence en vitamine. Et pourtant, ces hommes au pouvoir ont de ventres arrondis et lorsqu’ils sont malades ils se font soigner à l’étranger alors que le citoyen meurt chez lui.

Le dirigeant burundais aime le pouvoir plus qu’il n’aime sa vie. Nkurunziza avec ses cleptomanes se croient intelligents et forts, mais ils oublient que tout ce qui est créé passe par les phases bien déterminées et la dernière étape est la disparition malheureuse. Ce pouvoir fondé sur la violence finira tôt au tard et ses détenteurs finiront mal ; déshonorés. Ils se donnent une fausse idée qu’ils dirigent pour le peuple, alors que le peuple maugrée à cause de la vie misérable. S’ils dirigeaient en pensant sincèrement au citoyen, il n’y aurait pas la violence telle qu’on l’observe actuellement.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité