Rencontre littéraire avec la romancière Mukasonga à Khouribga

Redigé par IGIHE
Le 18 septembre 2017 à 01:24

Ce Vendredi, le 15 septembre à Khouribga ; Un vibrant hommage a été rendu à la culture rwandaise. Une mémoire africaine qui porte un message universel, et ce dans le cadre de la 20ème édition du festival du cinéma africain de Khouribga.
Cet hommage a été marqué par une rencontre littéraire avec la romancière rwandaise de renom, Scholastique Mukasonga. En effet l’histoire personnelle de Scholastique se confond avec celle du Rwanda avec une telle force que comprendre le ton et l’esprit qui guident la (...)

Ce Vendredi, le 15 septembre à Khouribga ; Un vibrant hommage a été rendu à la culture rwandaise. Une mémoire africaine qui porte un message universel, et ce dans le cadre de la 20ème édition du festival du cinéma africain de Khouribga.

Cet hommage a été marqué par une rencontre littéraire avec la romancière rwandaise de renom, Scholastique Mukasonga. En effet l’histoire personnelle de Scholastique se confond avec celle du Rwanda avec une telle force que comprendre le ton et l’esprit qui guident la plume de l’écrivaine constitue en soi une formidable immersion dans l’âme de ce pays.

Les œuvres de Mukasonga, qui a perdu sa famille au génocide, est un devoir sacré de mémoire, une façon de penser et panser le passé pour aller de l’avant à l’instar de Rwanda qui a réussi en l’espace de 20 ans le formidable pari d’une réconciliation nationale. Comme elle le dit “Pour qu’un peuple se réconcilie, il doit d’abord comprendre pourquoi il s’est déchiré”.

A travers ses écrits, c’est toute l’âme du Rwanda que Mukasonga met à l’honneur en dépeignent des hommes et des femmes enracinés dans une terre, une histoire, une culture empreinte de tragédie et d’héroïsme. C’est un chant de douleur et d’esprits mais qui finit par extraire le poison du passé pour aborder plus sereinement le futur.

“La plupart de mes ouvrages sont dédiés à la mémoire du génocide. C’est un devoir de mémoire pour que les victimes ne tombent pas dans l’oubli”, a souligné la romancière, notant qu’”à travers l’écriture qu’on lutte contre l’oubli”.

“Mes écrits nous offre une vision et une image du Rwanda, son histoire, son patrimoine et son héritage, en mettant en relief non seulement sa richesse culturelle, toute sa beauté mais aussi la volonté de paix et d’unité qui habite ses habitants”, a-t-elle relevé.

“Ce qui nous a arrivé est peut être une conséquence de l’isolement. S’ouvrir et se rapprocher de grands pays comme le Maroc, nous réconforte et nous renforce”, a-t-elle soutenu, souhaitant que les relations entre les deux pays se consolideront davantage, pour marquer le début d’un partenariat exemplaire sur tous les niveaux.

Avec Map Express


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité