Le livre “Rwanda : Contre l’Ethnisme” étale au public des documents d’église déviants

Redigé par NDJ
Le 22 janvier 2018 à 03:33

« Rwanda : Contre l’Ethnisme », est un livre-mémoire écrit par M. Privat Rutazibwa, un ancien prêtre avec un passage dans la presse pour avoir repris sitôt après guerre, une Rwanda News Agency (Agence Rwandaise de Presse).


Ce dimanche 21 janvier 2018, l’auteur a lancé officiellement son livre dans l’une des salles de la Bibliothèque Publique de Kacyiru. Une poignée d’intellectuels rwandais curieux avait été invitée à la cérémonie.

Les participants ont eu tout le loisir de faire leurs commentaires et d’évaluer les énormes et dangereuses proportions qu’a pris une idéologie de l’ethnisme parfaitement amenée au Rwanda dans les malles des Pères Blancs tôt dans les années 1890. Dans le collimateur, un certain Mgr Perraudin qui a dépassé la mesure, a malaxé avec la dernière hargne, prenant cette idéologie dans ses deux mains, la mêlant avec des sentiments de haine sans retenue.

Que donne l’auteur au lecteur ?
Beaucoup ! Il retrace le missionnaire blanc qui entre au Rwanda avec ses préjugés et stéréotypes. Il montre qu’au départ dans les années fin 1800, ces Pères Blancs sont plutôt français et plus tard belges au moment où l’administration coloniale est plutôt allemande.

Kandt, l’administrateur allemand s’en tient au traité passé avec le Mwami du Rwanda à propos du style de gouvernance indirecte. Les missionnaire blancs comme eux ils sont des hommes de terrains sont plus enclins au forcing et se mêlent dans les faits et gestes des dirigeants rwandais, chefs, sous chefs…

« Ils réclamaient en quelque sorte un droit d’ingérence. Ils allaient même à proposer de remplacer ces chefs par leurs catéchistes pour un quelconque dérapage dudit chef », a dit Privat Rutazibwa, requérant du public une permission de montrer qu’en ce moment là, les dirigeants traditionnels étaient pris pour des Tutsi et le dirigés des hutus dont ces catéchistes. Ici l’auteur voulait montrer comment le virus de l’ethnisme a été savamment, patiemment incrusté dans l’imaginaire social par ces Pères Blancs.

« Mais Mgr Léon Classe, leur chef du moment, les ramène chaque fois à la tempérance car toutes les fois, l’administrateur allemand lui rappelle que le briefing qu’il a de la métropole est de laisser intacte le mode de gouvernance autochtone », a-t-il dit.

Dans un chapitre de son livre, l’auteur montre comment le successeur de Mgr Classe, l’archevêque André Perraudin va plus loin dans l’inculcation de l’ethnisme dans l’élite religieuse et gare à celui qui se mettra en travers de son chemin. Le premier qui fera les frais du courroux de cet évêque suisse sera en 1961 le tout fraîchement nommé Mgr Manyurane.

« 

« Il est particulièrement triste de constater que c’est ce même héritage idéologique de Perraudin qui a marqué l’Eglise Catholique au Rwanda de cette époque jusqu’aujourd’hui. Son influence a été spécialement décisive dans la nomination de la plupart des Evêques qui ont dirigé l’Eglise sous les deux républiques. Et à chaque fois, le critère ethnique était de rigueur : il s’employait -généralement avec succès- à faire nommer des Evêques Hutu partisans de l’ethnisme pure et dure ; et à une certaine occasion, un Tutsi très peureux et de faible personnalité qui devait lui servir à masquer les apparences. Dans les milieux ecclésiastiques au Rwanda, on raconte souvent l’épisode tragique de la disparition de Mgr Bernard Manyurane, un hutu, nommé évêque de Ruhengeri en 1961 et mort empoisonné la même année avant son sacre. Sollicité par Perraudin et Kayibanda qui espéraient en faire un militant du hutisme dans sa nouvelle charge, le nouvel évêque aurait répondu : « J’ai cru à l’évangile de Jésus-Christ, et en lui seul ». Ces paroles auraient profondément déplu à l’archevêque Perraudin qui, avec son petit état-major restreint de Kabgayi, décida, au cours d’une réunion tenue dans son propre bureau, de l’assassinat du nouvel évêque indocile. La potion fut administrée au cours d’un repas par un père blanc originaire de Bruges »,

 »
lit-on dans un passage du livre.

L’auteur montre que les princes de l’église catholique rwandaise appuyés par leurs mentors des Pères Blancs, ce sont eux qui ont véhiculé la haine ethnique avec son point culminant le génocide des Tutsi de 1994, que ce sont eux qui ont préparé ce génocide avec l’incendiaire « Manifeste des Bahutu … rédigé en 1959 par deux prêtres étrangers, Ernotte et Dejemeppe ».

Si l’auteur évite soigneusement d’accuser nommément l’Eglise catholique rwandaise d’implication dans le génocide perpétré contre les Tutsi de 1994 au Rwanda, les faits qu’il rapporte l’accusent carrément.

« La Paroisse catholique de Nyange, dans l’ancienne préfecture Kibuye (Ouest du Rwanda) a été détruite par une machine excavatrice, une caterpillar pour inhumer vivants dans les gravats les milliers de Tutsi qui y avaient cherché refuge. Et cela a été fait par l’abbé Seromba, le curé de cette paroisse. Pourquoi l’église n’a même pas accusé l’Abbé devant la justice pour avoir abîmé le patrimoine de l’Eglise ? Pourquoi à ce prêtre et à d’autres comme Wenceslas Munyeshyaka, le boucher des réfugiés Tutsi à la Paroisse Sainte Famille de Kigali, tenant sa paroisse de Rouvroy en France, l’Eglise catholique ne les a pas sanctionnés en les privant momentanément de jouissance de certains sacrements ? », s’est posé la question le journaliste Ningi Emmanuel participant à ce lancement du livre.

Non ! De l’avis général, malgré la toute puissance de l’Eglise catholique rwandaise par rapport à d’autres églises opérant sur le territoire rwandais, celle-ci a beaucoup de comptes à rendre à la conscience sociale des Rwandais.

L’auteur fait-il une argumentation qui accuse ? Non ou si ! Il va plus au fond et interroge des documents rédigés par l’élite religieuse reprenant les thèses ethnistes de ses dirigeants et incriminant l’église catholique d’avoir été dirigée par une poignée d’hommes peu scrupuleux de l’humanité qu’ils sont censés être venus inculqués dans les ‘barbares’ indigènes.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité