Union Trading Company : les jeunes investisseurs locaux prospèrent au Rwanda
Publié le 20-02-2013 - à 18:00' par Christophe Hitayezu

Au Rwanda, les jeunes gens qui osent risquer dans le secteur industriel voient leurs efforts recompenses à tout prix. Le cas de la Union Trading Company est un exemple parmi bien d’autres.

Cette société, située sur la route Remera-Kabeza-Samuduha au Sud Est de la Ville de Kigali, a élu prédilection dans la fabrication des cure-dents faites à base de bamboo, dans le carrelage pour construction de plafonds d’intérieur de maisons et dans d’autres produits à base de bois.

Le Directeur Général de cette enterprise, Edwin Mukiza, se félicite du fait que son enterprise fournit sur le marché rwandais des produits finis fabriqués dans le pays.

Cependant “à part des cure-dents fabriquées sur base de matières premièes locales, le bamboo, nous importons d’autres matières necessaries pour fabriquer nos produits essentiellement destinés au secteur de la construction”, a-t-il déclaré à IGIHE.

La jeune société a commencé ses activités sur un très petit espace à peine 20 m2 en 2007. Dans l’espace de 5 ans, la société a étendu ses activités de production sur 2000 m2.

EAC : Un marché d’écoulement pour les produits de l’entreprise

A part les cure-dents, les autres produits de l’entreprise sont essentiellement destines à la construction dont les carreaux d’intérieur de maison, des remparts métalliques d’escaliers, les fenêtres, portes, fenêtres et armoires.

“ Nous fournissons tous ces produits sur le marché de l’East African community. Les grandes societies de construction locales viennent s’approvisionner ici également”, a confié à IGIHE précisant qu’il a pris le risque de démarrer son enterprise avec un capital très minimum de 300.000 Frw (env. 600 $) et que son capital actuel y compris tout son patrimoine est actuellement évalué à 250 millions de Francs (3.846.153,8 $).

“Nous importons quelques matières premières, car jusqu’à maintenant, nous n’avons pas la capacité de les fabriquer nous-mêmes parce que nous n’avons pas d’ouvriers qualifiés au Rwanda qui devraient tourner les machines de production que nous entendons importer. A leur importation, nous serons obligés de recruter une main d’oeuvre étrangère qui nous coûtera très cher”, déclare Mukiza, montrant par là l’hiatus entre le type d’enseignement au Rwanda et le monde du travail.

C’est comme s’il lançait une alerte aux politiques de l’enseignement professionnel du Rwanda qui doivent être à l’écoute du monde industriel.

“ Nous savons gré aux autorités rwandaises qui encouragent les investisseurs à risquer leurs capitaux dans le domaine industriel. En effet, les importations de matières premières ne sont pas imposables à l’entrée dans le pays. Cependant, les industriels rwandais rencontrent un problem difficile, celui des emballages non commerciaux tells le produits en plastique et sachets prohibés pour cause de protection de l’environnement”, a-t-il confié à IGIHE montrant qu’il est determine à aller de l’avant dans son business.

Le reporter d’IGIHE a pu constater une activité intense. Le Directeur Général de la Union Trading Company , M. Edwin Mukiza, est promu à un bel avenir à voir une activité intense de ses ouvriers.

Il est, a-t-il dit, décidé de réduire les importations des matières premières quitte à les produire lui-même dans ses usines et de réaliser beaucoup d’exportations qui feront beaucoup de rentrées de devises étrangères dans ses caisses.

Commentaires

ANDIKA ICYO UTEKEREZA KURI IYI NKURU

AMATEGEKO AGENGA IYANDIKA RY'IGITEKEREZO CYAWE:
Witandukira kubijyanye n'iyi nkuru; wikwandika ibisebanya, ibyamamaza cyangwa bivangura; wikwandika ibiteye isoni,
Wifuza kubona byihuse ibivugwa/ibisubizo ku gitekerezo cyawe, andika email yawe ahabugenewe.
Igitekerezo cyawe kigaragara nyuma y'isuzuma rikorwa na IGIHE.com
Ibi bidakurikijwe igitekerezo cyanyu gishobora kutagaragara hano cyangwa kigasibwa, Murakoze!