Parlement : Premier Ministre convoqué s’explique sur les stratégies « Eau pour tous »
Publié le 3-08-2016 - à 04:58' par Jovin Ndayishimiye

Ce mardi 2 août, le Parlement rwandais, les deux Chambres réunies, a convoqué le Premier Ministre Anastase Murekezi pour une question orale concernant la rareté de l’eau potable dans diverses régions du pays.

“Beaucoup d’efforts ont été consentis depuis l’an 2010 par le gouvernement rwandais pour résoudre cette question de rareté de l’eau potable. Il est prévu qu’avec l’année prochaine 2017, tous les ménages de Rwandais devront avoir accès à l’eau potable.

La distance d’accès à cette eau étant de 200 mètres dans les périmètres urbains et 500 m dans le rural. En effet en 2010, l’eau potable était accessible à 74.2% de ménages rwandais. En 2015, ils étaient 84.8% de ménages ayant accès facile à l’eau potable au moment ceux qui avaient des lieux d’aisance (toilettes) étaient 83.4% », a confié le Premier ministre aux honorables parlementaires confirmant la détermination du Gouvernement rwandais à faire en sorte que chaque citadin rwandais consomme et utilise au moins 80 litres d’eau potable par jour et 20 litres pour le paysan.

Certains députés ont montré leur insatisfaction de la sortie du Premier Ministre se plaignant du fait que certains robinets publics sont secs depuis longtemps. Ils ont relevé des dégâts occasionnés dans le réseau de distribution d’eau dans certaines parties de la ville pour cause de voirie en construction. Ainsi le député Edouard Bamporiki a relevé le cas de sectionnement des tuyaux d’eau de Busanza-Kabeza (quartiers sud de la ville de Kigali) non encore réparés occasionnant une pénurie de ce précieux liquide.

« Au cours de notre descente sur terrain dans le secteur Gishyita en Province de l’Ouest, nous avons été agréablement frappés par le fait qu’à chaque 500 mètres nous constations des robinets publics construits. Mais à notre surprise, les utilisateurs nous ont confié que l’eau a tari depuis que ces robinets ont été inaugurés », a relevé le Député Théobald Mporanyi montrant les imperfections et dysfonctionnements observés dans le réseau de distribution d’eau au Rwanda.

Le depute Juvénal Nkusi a demandé que les chiffres intéressants montrant les réalisations infrastructurelles soient mis de côté pour résoudre la question de l’accessibilité de l’eau pour lles citoyens rwandais.

Ce à quoi le Premier ministre a promis que de gros efforts vont être mis dans la solution de ce défi dans les meilleurs délais.
« L’eau coulera dans les robinets publics jusqu’à non plus à la grande satisfaction des utilisateurs. Nous allons mettre beaucoup d’efforts pour que cela soit bien fait. Nous allons imposer de sévères sanctions à l’endroit de mauvais contractants », a répliqué le Premier.

Les députés ne comprennent pas pourquoi les statistiques du Ministère de l’eau et ressources naturelles ne sont pas exploitées judicieusement au profit du consommateur. Il est fait état du fait que le Rwanda a 6.826 mètres cubes d’eau chaque année, qu’il reviendrait à chaque citoyen 670 m3 ; chiffres qui montrent que le Rwanda est bien parti car il avoisine les normes internationales qui imposent une consommation annuel de 1000 m3 par personne.

Il s’avère que la question de l’eau pose un problème au Rwanda qui, rien que pour la Ville en 2016, il lui faut 257.436 m3 par jour au moment les centres d’épurations fonctionnelles n’ont que la capacité de production de 141.250 m3.

« Dans la Ville de Kigali, les usines d’épuration d’eau ne peuvent que produire 90.000 m3 par jour au moment où ill en faut 120.000 m3. Nous prévoyons pour 2017 une production de 145.000 m3 au quotidien et 175.000 m3 en 2020 », a indiqué le Premier Ministre aux parlementaires qui, au lieu de projections dans l’avenir, veulent des faits réels satisfaisant les besoins des citoyens dans un pays regorgeant de 6.826 milliards de m3 chaque année pour lesquels seul 1% est utilisé pour les besoins culinaires et hygiéniques et 2% dans l’agriculture .

Non ! le premier ministre a mis de côté ces plaintes pour leur montrer que le Gouvernement rwandais maîtrise la question de l’eau potable montrant que pour bientôt, la Ville de Kigali sera alimenté par un Centre d’épuration de Nzove II agrandi installé à la porte sud de la ville avec une capacité passant de 25 à 40.000 m3 d’eau par jour.

« Entre 2018 et 2020, un autre centre d’Epuration d’une capacité de 40.000 m3 d’eau par jour sera monté à Kanzenze du district Bugesera, Sud Est du pays », a indiqué le Premier ministre dans sa tentative de convaincre les députés.


Kwamamaza
Commentaires

il ne faut surtout pas confondre distribution d’eau et accès àde l’eau potable : l’eau distribuée pas WASAC n’est pas potable car il suffit de boire un demi verre d’eau venue du robinet et l’on a la diarrhée pendant 3 jours ; l’eau du robinet il faut d’abord bien la bouillir et puis la filtrer mais le goà»t est désagréable ; et donc il y a encore du chemin àparcourir avant d’être satisfait de cette eau dans laquelle ici, àButare, il y a même du manganèse qui finit même par boucher les conduits ;

Répondre3.08.2016 à 02:47
Willy FABRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Ne vous eloignez pas du sujet de discussion; Les insultes,difamations,publicité et ségregations de tous genres ne sont pas tolerées
Si vous souhaitez suivre le cours des discussions en cours fournissez une addresse email valide.
Votre commentaire apparaitra apre`s moderation par l'équipe d' IGIHE.com
En cas de non respect d'une ou plusieurs des regles d'utilisation si dessus, le commentaire sera supprimer. Merci!