Kagame et Magufuli lancent le train des 3T et du nickel

Redigé par Africa Intelligence
Le 12 février 2018 à 08:53

La Tanzanie va prolonger le rail qui relie Dar es-Salaam à Isaka jusqu’à Kigali, offrant un débouché inespéré aux miniers rwandais et burundais.

Selon nos informations, le groupe turc Yapi Merkezi, qui a remporté le marché pour la construction d’une liaison ferrée entre Isaka et Dar es-Salaam, serait sur le point d’obtenir un nouveau contrat pour prolonger la voie jusqu’à Kigali.

Les présidents rwandais Paul Kagame et tanzanien John Magufuli ont signé mi-janvier un accord validant le projet, qui porte sur une voie de près de 400 km reliant Isaka, au nord de la Tanzanie, à Kigali, pour un coût de 2,5 milliards financé par emprunt.

Selon les résultats d’études présentés par Jean de Dieu Uwihanganye, secrétaire d’Etat rwandais aux transports, le rail Kigali-Isaka diviserait de moitié le coût d’évacuation du minerai pour les membres de la Rwanda Mining Association, principalement producteurs d’étain, de tantale, de tungstène ("3T"), d’or et de coltan.

Toutefois, les mines du Burundi pourraient elles aussi bénéficier du projet. Un protocole d’accord entre Bujumbura et Dodoma prévoit de relier le Burundi au futur rail, facilitant ainsi le transport depuis les gisements de l’est du pays vers la côte. Ceci aiderait l’évacuation du minerai et donc, à terme, la hausse de la production de Burundi Mining Metallurgy International, filiale du finlandais Kermas Investment Group, qui a débuté l’exploitation du nickel de Musongati en 2014 (AMI nº330).

Le canadien CVMR, qui a signé un accord avec Bujumbura en novembre pour explorer les gisements de Nyabikere, Waga et Mukanda, recelant de nickel, fer, cuivre et cobalt, trouverait un appui logistique avec le rail.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité