Un tanker disparait au large d’Abidjan
Publié le 5-02-2013 - à 07:46' par bbc afrique

Les navires pétroliers de plus en plus ciblés en mer.

Le Gascogne appartient à une compagnie française, Sea tanker.

Il est affrété par des sud-coréens et bat pavillon luxembourgeois.

Le directeur général des affaires maritimes a donné plus de détails sur ce nouveau détournement de navire pétrolier au large d’Abidjan.

Yao Koffi Bertin, le directeur général des affaires maritimes a toutefois refusé, pour l’heure, de parler de piraterie.

"La piraterie se passe en haute mer et ici nous ne sommes pas en haute mer", a-t-il précisé, ajoutant qu’elle s’accompagne souvent de "demandes de rançon, de prise d’otages", ce qui n’est pas le cas, selon lui.

M.Bertin estime qu’il pourrait juste s’agir d’une action menée par un groupe armé dont on ignore l’identité pour le moment.

Ce n’est que dimanche soir que la Cote d’Ivoire a reçu une alerte à propos de la disparition d’un navire pétrolier à environ 140 kilomètres du port.

Cependant depuis samedi déjà, le navire n’avait plus répondu aux appels.

Le Gascogne a quitté le port d’Abidjan le 31 janvier avec dans ces soutes 3000 tonnes de gazoil.

Le lendemain, au large des côtes ivoiriennes, il a transféré une partie de sa cargaison sur un autre bateau.

La même opération devait avoir lieu samedi mais le tanker avait disparu.

Le navire a, à son bord, dix-sept membres d’équipage, dont des Togolais, des Ivoiriens, des Sénégalais, des Béninois ainsi qu’un Coréen et un Chinois.

C’est le troisième tanker pétrolier à être détourné dans les eaux ivoiriennes en cinq mois. Les agresseurs semblent adopter toujours le même stratégie et sur des itinéraires similaires.

La Cote d’Ivoire manque encore de moyens logistiques pour la surveillance de ses côtes. Mais pour le directeur général des affaires maritimes il n’y a pas encore de quoi s’alarmer.

La lutte contre les détournements de navires et le renforcement des capacités des autorités maritimes sont prévus par le gouvernement ivoirien.

Vingt-cinq chefs d’Etat d’Afrique de l’ouest et du centre doivent se réunir en avril pour parler de piraterie en mer.

Commentaires

ANDIKA ICYO UTEKEREZA KURI IYI NKURU

AMATEGEKO AGENGA IYANDIKA RY'IGITEKEREZO CYAWE:
Witandukira kubijyanye n'iyi nkuru; wikwandika ibisebanya, ibyamamaza cyangwa bivangura; wikwandika ibiteye isoni,
Wifuza kubona byihuse ibivugwa/ibisubizo ku gitekerezo cyawe, andika email yawe ahabugenewe.
Igitekerezo cyawe kigaragara nyuma y'isuzuma rikorwa na IGIHE.com
Ibi bidakurikijwe igitekerezo cyanyu gishobora kutagaragara hano cyangwa kigasibwa, Murakoze!