La Banque mondiale soutiendra les efforts du Rwanda pour mettre fin à la pauvreté extrême

Publié par Jovin Ndayishimiye
Le 18 mars 2014 à 08:38
Visites :
56 2

Le ministre rwandais du Développement local, James Musoni, et la Banque mondiale ont signé à Washington un accord préalable pour le financement d’une série de programmes destinés à accélérer la campagne remarquable de réduction de la pauvreté déployée par ce pays ces dernières années, a révélé un communiqué officiel publié lundi à Kigali.

D’un coût d’environ 70 millions de dollars, ce nouveau programme sera financé par la branche de la Banque mondiale consacrée aux prêts bonifiés, l’International Development Association (IDA), dans le but d’étendre et de renforcer le système de protection sociale du Rwanda, qui protège les plus vulnérables contre les plus graves effets de la pauvreté.

Le Rwanda semble être parvenu à réduire son taux d’extrême pauvreté de manière spectaculaire ces dernières années, de 40% en 2001 à 24% en 2011, grâce au soutien de la Banque mondiale et d’autres partenaires, et une protection sociale a été mise en place comme un outil politique majeur pour toucher les populations pauvres et vulnérables dans ce petit pays d’Afrique de l’Est.

Le filet de sécurité sociale vedette du Rwanda, le programme Vision 2020 Umurenge (VUP), se compose principalement de transferts de revenus et d’emplois publics, et couvre désormais près d’un million de personnes, selon cette même source.

Il espère toucher les familles vulnérables et les personnes souffrant de handicaps dans un effort pour assurer une croissance nationale plus partagée, selon le ministre rwandais du Développement local, James Musoni.

Le responsable rwandais a déclaré dans un communiqué que ce nouveau don aiderait à renforcer la capacité de gestion et les systèmes de supervision, à améliorer la réactivité de la protection sociale face aux catastrophes naturelles, et à étendre la couverture de ce programme à un nombre plus grands de régions et de populations pauvres.

Toutefois, malgré les progrès remarquables du Rwanda et sa forte croissance économique, les estimations de la Banque mondiale montrent qu’un grand nombre de familles de ce petit pays d’Afrique de l’Est restent pauvres, vivent dans des régions rurales, et sont vulnérables aux catastrophes climatiques.

"Il y a toujours un besoin pressant d’apporter des transferts de revenus réguliers ou des emplois temporaires dans des projets de travaux publics comme les travaux de terrassement, pour aider les familles pauvres à acheter de la nourriture et maintenir les enfants scolarises même dans les périodes difficiles", a déclaré la directrice nationale de la Banque mondiale pour le Rwanda, Carolyn Turk.

Cela nécessiterait d’augmenter le PIB par habitant jusqu’à 1. 240 dollars par an, contre 644 dollars par an, selon des estimations officielles.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité