Crise de combustible à Kigali : On prépare un seul repas par jour

Publié par Jovin Ndayishimiye
Le 19 avril 2014 à 04:21
Visites :
56 2

Les Kigalois se plaignent de la hausse insoutenable du charbon de bois pour la cuisson de repas des ménages. Ce combustible coûte si cher surtout en cette période de pluie, que son prix monte de jour en jour. Rendu à Kigali, un sac de charbon de bois coûte 8000 Frw (quelques 15 dollars). En lieu et place de cette chère denrée, les ménagères utilisent pour la cuisson de la nourriture des copeaux de bois de menuiserie, des morceaux de bois ou carrément de l’électricité.

"Dans cette situation, Moi, j’ai décidé de préparer un seul repas par jour", a confié à IGIHE Olive Kanyange, une ménagère du quartier Gatsata, au Nord Est de Kigali.

Ce n’est pas l’avis de Claudine Niyonsenga qui, elle, préfère acheter un repas tout fait dans un restaurant d’à côté de chez elle pour échapper à ce problème énergétique casse-tête.

Kajyibwami, un distributeur de Charbon de bois en provenance de Byumba (Nord du pays) se plaint de ne pas livrer à moins cher cette marchandise très sollicitée à Kigali. Pour lui, les agronomes de districts et de secteurs n’acceptent pas facilement de donner l’autorisation aux paysans de couper le bois de leurs forêts sous prétexte qu’il n’est pas encore à terme. "ça se comprend que pour ceux qui reçoivent cette autorisation, ils vendent leur produit très cher", a-t-il confié.

"Nous aussi éprouvons le problème avec les agronomes mais il faut aussi dire que par ces temps de pluies, il n’est pas facile de préparer le charbon, tout autant que le chargement de ce produit pour qu’il soit rendu à Kigali n’est pas chose aisée", indique un distributeur de charbon de Nyaruguru en Province du Sud.

Pour couper cours avec une mauvaise interprétation des instructions émanant du MINAGRI destinées à la Protection de l’Environnement et de l’Ecosystème,

"Tout propriétaire d’un espace forestier d’un hectare ou un demi hectare doit faire la demande de récolte de son produit. Néanmoins, si cet espace est inférieur à un demi hectare, point n’est besoin de demande d’autorisation", a dit Adrien Mukashema, Directeur Général des Forêts près la Commission Nationale des Ressources Naturelles ajoutant qu’aucun paysan n’a déposé une plainte comme quoi l’agronome de son coin l’a empêché de couper le bois de sa forêt.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité