Rwanda : le Train de la mécanisation agricole est-il en marche ?
Publié le 14-07-2016 - à 07:40' par Jovin Ndayishimiye

Le Rwanda lutte contre une pauvreté structurelle liée à l’usage d’outils agricoles (houe, serpette…) peu performants et donc peu productifs.

Comment casser un conservatisme peu productif qui se constate dans le secteur agricole rwandais ? Quelles stratégies doit-on adopter pour une grande productivité agricole de la masse de petits fermiers rwandais ? Toutes les stratégies possibles procèderaient à la refonte du mode de propriété privée sur les petits lopins de terre.

Une politique de coopérativisation des terres doit être sérieusement pensée afin de désengorger le monde rural

Des débats sur les stratégies d’introduction de la mécanisation agricole sur les mille collines chez les fermiers rwandais vont bon train dans divers cercles nationaux de prise de décision.

Outre que cette préoccupation est initiée par les instances publiques rwandaises, il ne manque pas d’hommes d’affaires privés qui entrent dans ce secteur. La multinationale LONAGRO a ainsi flairé de bonnes affaires au Rwanda avec l’ouverture de la représentation des tracteurs John Deere.

En effet, la politique sectorielle agricole rwandaise semble privilégier l’entreprise privée. Elle encourage les investisseurs privés qui loueraient leurs machines ou achèteraient des espaces cultivables pour les revaloriser en introduisant une agriculture de marché.

Pour les responsables politiques rwandais, l’objectif poursuivi est le changement profond des conditions de vie des citoyens qui doivent dépasser un cadre de vie et d’hygiène indécent. Des slogans suivis d’actions donnent le ton pour une émulation sociale dans l’amélioration de l’habitat et des méthodes de production.

“ça ne doit pas être vu comme un miracle le fait que chaque citoyen rwandais ait accès facile à l’eau potable, à une habitation qui remplit toutes les conditions d’hygiène physique dont un raccordement électrique permettant aux enfants fréquentant l’école de bien faire leurs devoirs à domicile mais aussi une santé saine pour tous. Ce n’est pas un miracle de voir tous les citoyens utiliser des infrastructures routières modernes leur permettant d’écouler leurs produits mais aussi de pouvoir avoir accès facile aux besoins économiques venus de loin”, a dit le Président rwandais Paul Kagame alors qu’il était allé célébrer le 22ème anniversaire de la libération du Rwanda dans le district de Bugesera au Sud Est du Rwanda.

Le Président Paul Kagame souligne une volonté politique de déclencher une guerre totale contre la pauvreté ; refondre et repenser le secteur agricole qui emploie plus de 72% de la population rwandaise ; bousculer des mentalités culturales peu productives de petits fermiers rwandais qui utilisent largement la houe et la serpette au 21ème siècle.

“La lutte armée est terminée il y a longtemps. Nous devons prendre à bras le corps la guerre contre la pauvreté”, a lancé Kagame aux habitants de Rweru, un secteur du district Bugesera qui a vu une centaine d’habitations (107) offertes aux paysans qui ont été délocalisés des petites îles de Manzane et Sharita du Lac Rweru pour un site sécurisé de Bunganzeri de la Cellule Batima, non loin du poste-frontière rwando burundais de Nemba (Sud-Est).

Ce nouveau slogan du Président rwandais Paul Kagame annonce une bataille nationale engagée pour un changement profond de mentalités culturales et un virage pour une agriculture de marché. Les investisseurs avant-gardistes peuvent flairer de bonnes affaires dans ce domaine qui revient à l’honneur avec en l’air une grosse enveloppe budgétaire pour accompagner des entrepreneurs les plus perspicaces.

Fermiers, Banques et mécanisation agricoles

“Les mentalités culturales traditionnelles doivent changer. Nous sommes entrain de mettre tout en œuvre pour que les banques et autres institutions financières viennent à la rescousse des fermiers pour une mécanisation agricole de 25% dès l’an prochain et de 50% à l’orée de 2020” a déclaré à la presse le Secrétaire d’Etat rwandais à l’Agriculture, M. Tony Nsanganira.

L’agriculture pour être élevée en business lucratif devra passer par la consolidation des lopins de terre des fermiers mais aussi par une spécialisation des cultures par zones avec insistance pour des cultures de rente.

LONAGRO déploie son armée de tracteurs

Un défi de taille est à résoudre : Comment amener les banques commerciales locales ou autres institutions financières à concéder des crédits agricoles à la hauteur du seuil d’acceptabilité des fermiers rwandais ?

« Il y a plusieurs milliers de coopératives agricoles légalement actives dans le pays. Une mécanisation agricole est parfaitement possible surtout dans le pays plat de l’Est et du sud-est du Rwanda. Comme il y a une volonté politique de renflouer ce secteur agricole, le Gouvernement local de district pourra, dans un premier temps, se porter comme garant au près des sociétés privées important des équipements agricoles pour telle ou telle coopérative qui s’équipera en tracteurs à crédit. Le même gouvernement suivra de près l’évolution de cette coopérative. Ne paye-t-il pas des agronomes pour cela ? », confie Simon un économiste agricole qui salue l’arrivée sur le marché agricole rwandais de LONAGRO, une société internationale spécialisée dans l’importation de tracteurs agricoles John Deere.

Le Secrétaire d’Etat à l’Agriculture affiche un optimisme quant au marché du tracteur agricole rwandais.

« Le Rwanda dispose maintenant d’un programme durable pour la mécanisation agricole. Déjà sept sociétés vendent des machines agricoles et 20 coopératives recourent à la mécanisation agricole. Le public a déjà compris l’importance de la mécanisation agricole pour augmenter la production. Les banques devraient avoir suffisamment d’information sur l’agriculture et se convaincre que l’argent prêté sera remboursé », a déclaré à la presse Tony Nsanganira, Secrétaire d’Etat à l’Agriculture alors qu’il venait de diriger une réunion rassemblant les fermiers rwandais faisant de l’agriculture mécanisée, les sociétés intervenant dans la mécanisation agricole et les banques.

Le Ministre a beau faire, il butera contre un mur infranchissable tant qu’une banque agricole offrant des crédits au taux d’intérêt bas ne sera pas mise en place par les pouvoirs publics en partenariat avec les investisseurs privés.


Kwamamaza
Commentaires

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Ne vous eloignez pas du sujet de discussion; Les insultes,difamations,publicité et ségregations de tous genres ne sont pas tolerées
Si vous souhaitez suivre le cours des discussions en cours fournissez une addresse email valide.
Votre commentaire apparaitra apre`s moderation par l'équipe d' IGIHE.com
En cas de non respect d'une ou plusieurs des regles d'utilisation si dessus, le commentaire sera supprimer. Merci!