Le Rwanda décuple la taxe d’importation sur les vêtements et chaussures de seconde main
Publié le 1er-07-2016 - à 13:16' par IGIHE

Le Rwanda a multiplié par plus de dix la taxe d’importation sur les vêtements et chaussures de seconde main, provenant principalement d’Europe et Amérique du Nord, et ce afin de promouvoir l’industrie textile locale, a-t-on appris vendredi de source officielle.

La mesure "est entrée en application à partir du 1er juillet", a déclaré vendredi à l’AFP Drocelle Mukashyaka, une responsable de l’Office rwandais des recettes (RRA).

"Avant, la taxe sur le kilo de vêtements et de chaussures était de 0,2 dollar mais maintenant c’est 2,5 dollars pour les vêtements et 5 dollars pour les chaussures", a-t-elle indiqué, ajoutant : "c’est pour promouvoir l’industrie locale".

Les chaussures et les vêtements de seconde main, très populaires au Rwanda comme dans d’autres pays d’Afrique, sont importés en gros essentiellement d’Europe et d’Amérique du Nord et sont revendus à bas prix sur le marché africain.

Ce marché juteux crée une concurrence qui a "complètement tué l’industrie textile" des pays en développement, avait estimé à la mi-juin le ministre rwandais du Commerce, François Kanimba.

En février, les chefs d’Etat de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Est (EAC), réunis à Arusha, en Tanzanie, s’étaient entendus pour bannir totalement ces vêtements d’occasion d’ici 2019.

Selon Claver Gatete, le ministre rwandais de l’Economie, cette mesure est aussi une question de "dignité".

"Ce n’est même pas une industrie productive, ce n’est pas acceptable pour notre dignité", a-t-il déclaré lors d’un point presse mercredi. "Je ne crois pas que les pays d’Europe s’échangent des vêtements de seconde main", a-t-il déclaré en référence à la principale zone d’origine de ces fripes.

Patel Ritesh, le directeur d’Utexrwa, une des deux usines textiles du pays, a salué l’entrée en vigueur de cette nouvelle taxe, estimant qu’elle va permettre à son entreprise de développer un secteur atrophié par l’importation des vêtements de seconde main.

Mais cette mesure passe mal auprès de la population, qui redoute l’augmentation du prix des vêtements de seconde main et doute de la capacité de l’industrie locale à satisfaire rapidement la demande.

Avec AFP


Kwamamaza
Commentaires

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Ne vous eloignez pas du sujet de discussion; Les insultes,difamations,publicité et ségregations de tous genres ne sont pas tolerées
Si vous souhaitez suivre le cours des discussions en cours fournissez une addresse email valide.
Votre commentaire apparaitra apre`s moderation par l'équipe d' IGIHE.com
En cas de non respect d'une ou plusieurs des regles d'utilisation si dessus, le commentaire sera supprimer. Merci!