Le Rwanda contre chômage : 39 milliards de la BAD ; un nouveau visage économique !
Publié le 26-07-2016 - à 09:50' par Jovin Ndayishimiye


Le Rwanda est-il décidé de tordre le cou au chômage de plusieurs milliers de jeunes lauréats d’université ? Il a pris l’option de développer l’apprentissage de toute une gamme de savoir-faire et de métiers afin que les jeunes aient des savoirs pratiques pour la création de leurs propres emplois sous forme d’accroissement de la Valeur ajoutée aux produits agricoles, d’industries nouvelles comme micro, petites et moyennes entreprises.

Le Rwanda ne tendra plus la main dans cette quête de développement ? Est-il décidé à embrasser la logique d’emprunts bancaires ? La Banque Africaine de développement répond.

Ce 25 juillet 2016, cette banque a octroyé au Rwanda la somme de 39.1 milliards de francs destinés à la création de 200.000 emplois essentiellement des jeunes rwandais. Il s’entend que la nouvelle forme de Partenariat Secteur Public-Privé va être privilégiée pour la résorption de ce fléau qu’est le chômage au Rwanda.

« Au cours de cette phase, nous allons soutenir les efforts du Gouvernement rwandais dans sa quête de vulgarisation de skills variés donnant lieu à au moins 30.000 emplois non agricoles. Le programme que nous finançons se consacre au renforcement de la capacité scientifique et technologique pour une plus grande productivité agricole transformable industriellement et autres industries de biens d’équipement. A cela il s’ajoutera la création de nouvelles sources d’énergie », a dit Gabriel Négatu, le Représentant résidant pays de la Banque au Rwanda qui montre le ferme engagement de la BAD à accompagner le Rwanda dans l’atteinte de ses objectifs d’électrification rurale avec sa cible de 70% de ménages rwandais raccordés à l’électricité en 2020.

Dans son allocution de circonstance, le Ministre des Finances et Economie, Claver Gatete, a déclaré qu’une grosse partie de cet emprunt ira au développement de l’enseignement des métiers, des savoir-faire et de la technologie pour une plus grande production de richesses nationales durables.

« Nous avons besoin dans l’avenir proche de beaucoup de savoirs techniques nécessaires au développement du secteur industriel rwandais, à la production d’énergie, à une agriculture de marché prolongée par des industries de transformation », a dit Claver donnant une orientation de ce à quoi sera utilisé cet emprunt.
Mais au fond de toute cette préoccupation, il y a le fait que l’Institut National de Statistique a publié récemment une recherche montrant que le chômage frappe de plein fouet les lauréats d’universités, 13%, et de ceux des écoles secondaires du pays, 9%.

Tentant d’analyser ce phenomena de chômage, le Ministre Gatete trouve que les jeunes qui teerminent leurs cursus scolaires et académiques n’ont pas des outils scientifiques et technologiques suffisants compétitifs sur le marché de l’emploi.

« Cet emprunt vient résoudre cette question. Il y aura un renforcement de capacités bien étudié pour la jeunesse et la femme rwandaises », a-t-il dit.
« Avec cet emprunt, il ne sera plus question de voir un lauréat d’université attendre l’embauche. Les jeunes auront des outils suffisants pour créer leurs propres unités de production », a dit le Professeur Malimba Papias, Ministre de l’Education, présent à la signature de l’Emprunt.

Une bonne évolution d’apprentissage des métiers et savoir-faire de puis 2012
Pour le Ministre Gatete, le programme d’enseignement d’apprentissages technologiques (SEEP) commencé avec 2012-13 avec un fonds de 24 millions de dollars par lle truchement de WDA (Workforce Development Angency) a été largement consacré aux infrastructures et équipements scolaires. La deuxième phase, 2013-14-15-16, un programme triennal, a changé beaucoup de choses dans la production industrielle du Rwanda qui a pu participer à hauteur de 14% au PIB.

Négatu de la BAD et Claver Gatete, Ministre des Finances et Economie

“Cette troisième phase devra opérer des changements profonds dans le paysage économique du pays en accroissant la valeur ajoutée sur la production nationale », a dit la Ministre Claver qui révèle que les 3 phases auront été financées à hauteur de 164 millions de dollars américains.

Selon le Ministre, grâce au financement de ce programme, il se crée annuellement 146.000 nouveaux emplois non agricoles. Plus de 100.000 PMEs ont été créées grâce à ce programme, a-t-il ajouté.

Prof Papias Mallimba Musafiri, Ministre de l’éducation, à gauche.


Kwamamaza
Commentaires

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Ne vous eloignez pas du sujet de discussion; Les insultes,difamations,publicité et ségregations de tous genres ne sont pas tolerées
Si vous souhaitez suivre le cours des discussions en cours fournissez une addresse email valide.
Votre commentaire apparaitra apre`s moderation par l'équipe d' IGIHE.com
En cas de non respect d'une ou plusieurs des regles d'utilisation si dessus, le commentaire sera supprimer. Merci!