Activités de microfinances : Promesses de revoir à la baisse les taux d’intérêt

Publié par IGIHE
Le 26 mars 2017 à 09:14
Visites :
56 2

AMIR (Association des Microfinances au Rwanda) déclare que cernaines institutions de Microfinance au Rwanda utilisent toujours des méthodes artisanales mécaniques ce qui a un impact sur les intérêts très élevés de leurs crédits.

Peter Rwema, le Directeur d’AMIR a indiqué que des institutions de microfinance telles Mwalimu SACCO et CSS (Microfinance des Armed Forces) donnent des crédits à des taux normaux soit respectivement 16-18% et 14% au moment où d’autres voient leurs intérêts monter entre 20, 22 et 24%.

La Banque Centrale rwandaise a récemment déclaré que le taux d’intérêt moyen des Banques commerciales locales est 17% au moment où certaines d’entre elles proposent un taux d’intérêt variant entre 14 et 15% au moment où le taux directeur de la BNR est passé de 6.5 à 6.25%.

Pour AMIR, les taux de leurs crédits sont élevés de par le caractère particulier du business.

"Nous savons que nous sommes cher. Pour pallier à cette situation, nous allons informatiser nos services et faire appel à des agents dans des centres où nous opérons au point que nous limiterons nos déplacements et dépenses. Nos clients auront ainsi des agents pour contracter ou rembourser leurs crédits sans trop de dépenses opérationnelles", a dit Rwema.

"Je me dis bien qu’avec la fin de cette année, toutes les Umurenge SACCO seront centralisées au niveau d’un Akarere SACCO avec toutes les possibilités d’informatisation. Les Umurenge Sacco seront donc des agences", a-t-il dit.

Ces institutions de la Microfinance ont bien travaillé au cours de ces dernières années d’après la BNR, déclaration de février 2017. Elles ont brassé 209 milliards de francs en 2015 et 223 milliards de francs en 2016.

Ces institutions de microfinance ont octroyé respectivement des crédits de 112 et 115 milliards de francs au cours de ces deux dernières années. Les taux de crédits difficiles ayant été de 9% en 2016 contre 7.9 en 2015.

Avec cette évolution positive, les comptes des clients enregistrés dans ces microfinances ont été chiffrés à 3.18 millions au moment où ces institutions de microfinance se sont restructurées passant de 494 en 2015 à 472 en 2016.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité