Un père trappiste change une porcherie en un centre culturel pour enfants mal encadrés

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 5 novembre 2017 à 12:45

Birembo/Kanyinya, une bidonville du Nord-Est de Kigali : Le Père Alexis Makuza, trappiste, 53 ans, est venu de la RDC en 2008 pour fonder une congrégation de trappistes de Kigali. Il entreprend l’achat de 2.5 hectares de terre dans le village de Birembo où, en accord avec la devise des trappistes Ora et Labora (Prière et Travail), il monte une ferme de porcherie, 200 porcs, et de Volaille, 3.000 pondeuses. Soudain, il décide de tout vendre pour transformer les étables en salles de classe et en terrains de jeux pour encadrer les enfants dudit village.

Pourtant les affaires marchent bien, très bien même, jusqu’au jour où il constate que dans ce bidonville, sur la route du Camp militaire de Kami, des enfants des environs non encadrés du tout, jouent un jeu mortel avec les camions militaires lancés à toute vitesse sur la route principale menant au camp. Ils les esquivent pour tomber dans les caniveaux.

“J’ai pris la décision de transformer le poulailler et la porcherie en un centre d’encadrement pour enfants. J’ai rehabilité les anciennes étables en des salles de classes pour gardienne. Nous continuons les constructions pour accueillir le plus d’enfants possible. Il en a actuellement 45 pour trois classes de maternelle. La plupart étudient gratuitement. Ici, il est difficile de voir des parents payer 40.000 francs (Env. 50$) de minerval pour leurs nourrissons. C’est carrément au delà de leurs moyens”, a confié à IGIHE le Père Alexis expliquant comment l’idée de fonder cette maternelle lui est venue :

“Un certain jour, j’ai vu deux petits enfants très tôt le matin. Ils étaient transportés sur une moto pour l’école. Ils dormaient dans le dos des chauffeurs. Je me suis dit que ce que je fais ici, en élevant porcs et volailles, n’est pas correct. J’ai alors tout vendu pour commencer la transformation de ces étables en salles de classe. Ici, beaucoup de gens me témoignent leur solidarité. Le holding militaire de construction routière m’amène la latérite pour compacter un espace que je prépare pour les terrains de sports (petit foot, volleyball, basketball…)”, a dit le trappiste qui, pour que les constructions ne lui coûtent pas trop cher, a dû exploiter une carrière de sable et de moelon qu’il avait acheté antérieurement.

Père Alexis Makuza, à gauche et Dr Alphonse Bayingana à droite entourés d'enfants en tenues de sport gracieusement offertes par le docteur

“Les restes de céramique me sont également donnés en cadeau pour carreler le plancher des salles de classes”, a dit Alexis qui avoue ne pas avoir jusqu’à ce jour de donateur pour l’épauler dans cette tâche. Pourtant sur cet espace, il y est construit des manèges de différentes sortes, des dessins d’enfants ornent les murs de la cloture.

“J’amènerai d’autres jeux d’enfants dont les tambours et autres jeux attractifs”, a affirmé le père Alexis.

Un homme de bonne volonté, le docteur Alphonse Bayingana est venu à la rescousse du Père Alexis. Il a, ce samedi 4 novembre amené plus de 40 uniformes de maillots de sports pour les enfants. En effet, le Père Alexis construit des infrastructures de détente pour tous les enfants du village y compris des salles de classes où ces enfants viennent faire leurs devoirs à domicile entre deux pauses.

“Les enfants, je vous amène des maillots de sports que vous porterez pour les jeux quitte à les garder propres. Nous voulons que beaucoup d’entre vous soient des joueurs de renom pour votre avenir”, a dit Dr Alphonse Bayingana qui a fait le grand bonheur des enfants.

Pour le Père Alexis, “Nous sommes tenus d’encadrer ces enfants et les tenir loin de la route où passent des camions militaires lances à vive allure. Et puis, notre action vise aussi à reconvertir certains enfants de la rue et autres qui n’ont pas un bon encadrement dans leurs familles extrêmement pauvres”.
Le docteur Alphonse Bayingana a promis aux enfants de leur apporter beaucoup d’autres habits de sports.

“Je les amène d’italie où j’ai longtemps vecu. Ces maillots ne sont pas en soit une grande affaire. Même ici au Rwanda on peut les acheter et les distribuer là où l’on veut. Mais l’acte en soi de mobiliser les gens qui veulent faire une action bénévole, c’est ce qu’il faut louer. Cette chaîne de solidarité est plus parlante. Des Italiens qui collectent des items destines à des enfants de quelque part en Afrique, cet élan est plus eloquent”, a dit le docteur promettant au Père Alexis de lui donner un website shareRwanda.com pour qu’il continue à manifester ce Coeur d’entraide sociale et, pourquoi pas, avec la possibilité de voir accourir avec leurs dons des donateurs potentiels.

Le Père Alexis pourra ainsi réaliser de grndes infrastructures culturelles au profits des déshérités de Burembo du Secteur Kinyinya tout près du Camp militaire de Kami dans le district Gikomero.

Père Alexis Makuza, à gauche et Dr Alphonse Bayingana à droite entourés d'enfants en tenues de sport gracieusement offertes par le docteur
Père Alexis Makuza, à gauche et Dr Alphonse Bayingana à droite entourés d'enfants en tenues de sport gracieusement offertes par le docteur

Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité