RFI à Avignon : « Si tu sors je sors » de Gustave Akakpo.

Publié par Jovin Ndayishimiye
Le 19 juillet 2016 à 02:55
Visites :
56 2

Les pagnes à messages sont devenus un marqueur identitaire africain. L’écrivain togolais Gustave Akakpo présente avec Marc Agbedjidji au Festival d’Avignon « Si tu sors je sors ». La lecture, interprétée par Aminata Abdoulaye, Marc Agbedjidji, François Ebouélé et Sophie Sénécaut a lieu ce mardi 19 juillet à 11h30 dans le cadre du cycle « Ça va, ça va le monde ! », organisé par RFI, jusqu’au 20 juillet dans le jardin de la rue Mons. Entrée libre.

« Si tu sors je sors », « L’œil de ma rivale », « Thomas Sankara », tels sont quelques noms des célèbres pagnes africains qui ont fait la fortune des grossistes de ce commerce en Afrique de l’ouest, les Nana Benz. Si sous différents cieux, les tissus ont servi ou servent encore à communiquer, l’Afrique est le continent où cet art est le plus raffiné, au point que ces pagnes à messages (sociétaux, politiques...) sont devenus un marqueur identitaire africain. Et pourtant, ils sont nés en Hollande. Qu’est-ce qu’ils nous racontent de notre monde, de nos manières d’être ?

Gustave Akakpo est né au Togo en 1974 et voyage depuis entre les États-Unis, la Syrie, l’Europe et l’Afrique. Auteur d’une quinzaine de pièces (La mère trop tôt, prix Sacd de la Dramaturgie de langue française en 2004, Chiche l’Afrique, Habbat Alep, À petites pierres, Odyssées…), il écrit pour tous, grands et petits, et se place au croisement des cultures africaines et européennes. Auteur, plasticien, comédien, illustrateur et conteur, il ne cesse de nous interroger sur les questions des identités et des apparences. Déjà présent au Festival d’Avignon en 2014 avec la création de Même les chevaliers tombent dans l’oubli et la lecture pour RFI de La véridique histoire du petit chaperon rouge.

Avec rfi.fr


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité