Kagame prône le PPP pour une qualité renforcée de l’enseignement en Afrique

Publié par Jovin Ndayishimiye
Le 6 juillet 2017 à 05:00
Visites :
56 2

Intervenant au cours d’un colloque réunissant recteurs d’universités, chercheurs et autres experts en matière d’éducation originaires de quelques 30 pays africains, le Président Paul Kagame a suggéré des strategies de renforcement de la qualité de l’enseignement sur le continebt africain.

Pour lui, il faut des synergies des institutions publiques et nécessairement conjuguer les efforts de partenariat des secteurs public et privé et des experts en education.

“Atteindre un niveau satisfaisant de la qualité de l’enseignement dépendra de la synergie que nous mettrons en place en unissant les efforts de différentes institutions dans le cadre du PPP (Partenariat Public Privé). La responsabilité de nos gouvernements revient à concevoir des politiques sectorielles en matière d’éducation et d’investir une grande volonté politique dans ce secteur. Mais ces gouvernements ne pourront rien eux-seuls sans l’apport des investisseurs privés, de la société civile y compris les chercheurs universitaires”, a dit le Président Paul Kagame au cours de ce colloque organisé à Kigali ce 5 et 6 juillet 2017 par SDGc/A (Sustainable Development Goals Center for Africa), un institut de monitoring de la mise en exécution du Programme onusien des Objectifs de Développement Durable.

Par la suite, il clarifiera sa position sur le sujet :

“L’Afrique a besoin de lauréats universitaires parfaitement skillés pour aider au développement du continent. Il faut des investisseurs qui injectent des capitaux importants dans l’enseignement de qualité. Nous devons toujours avoir à l’esprit que l’éducation a besoin de gros investissements de capitaux porters à long terme”, a dit le Président Paul Kagame se faisant passer pour un idéologue véhément des splendeurs d’un capitalisme mondial qui fonde ses assises dans l’éclosion et le foisonnement des sciences et des techniques au service du développement et la transformation de l’Afrique.

“Nous devons aller plus loin. Les candidats universitaires africains avoisinent le quart de la population mondiale estudiantine. Ilm’est avis qu’ils sont très peu nombreux au regard de la lutte acharnée que nous devons déployer pour éradiquer la pauvreté et revandiquer notre humanité”, a-t-il ajouté.

Dr Belay Begashaw, Directeur de SDGc/A a critique le programme onusien des MDGs/Objectifs de Développement du Millénaire où une grande insistance est mise sur l’importance de l’éducation et non sur la qualité de celle-ci.

“A ce jour la qualité de l’enseignement en Afrique est très basse. Il faut des interventions musclées dans ce secteur”, a dit le Dr Belay conscient que la plupart des index realizes dans le monde classent une seule université africaine, celle d’Afrique du Sud, parmi les top 100 mondiales et rien que 10 parmi 1000 universités de la planète Terre.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité