Kagame donne une leçon de critique constructive à la jeunesse

Redigé par NDJ
Le 18 décembre 2017 à 09:19

Le président Paul Kagame est très à l’aise quand il s’adresse à une jeunesse qui, littéralement, gobe ses paroles. En ce dimanche 17 décembre 2017, il s’est adressé aux trois milliers de jeunes gens rassemblés au Petit Stade Amahoro de Rémera dans leur Youth Connect Convention 2017.

Qui sont ces jeunes :

Il s’agit d’une conférence qui rassemble de jeunes entrepreneurs venus de tous les districts du pays, des établissements d’enseignements secondaires et supérieurs, d’associations de jeunes locaux et ceux de la diaspora et ceux qui viennent de terminer leur Itorero, URUNANA rw’URUNGANO.

A tous ces jeunes, le Président Paul Kagame leur adresse des paroles qui leur vont droit au cœur. « Jeunes gens, ne soyez pas dédaigneux ! Il ne faut pas dire que tu ne feras pas cette tâche de peur de te salir ou que ce travail est éreintant. Quand tu prends un tel raisonnement, des opportunités te passent à côté. Nous n’avons pas le temps à perdre à attendre une autre opportunité quand tu as laissé filer entre tes doigts celle-là », a dit le Président Paul Kagame s’adressant aux jeunes, une façon de leur dire que l’apprentissage des sciences exactes arides ne devrait pas être repoussé par ces jeunes surtout que ces sciences donnent des opportunités inouïes.

« Nous devons oser entreprendre des apprentissages. Accepter les critiques et critiquer nous-mêmes. Quelqu’un qui te critique ne t’insulte pas. Au contraire, il vous donne une opportunité de vous remettre en question pour que le vice en toi ne sois plus un problème à tes objectifs », a-t-il indiqué aux jeunes gens dans une sorte d’éducation à la démocratie pratique.

Kagame pense qu’une véritable démocratie est inspirée des formes de travail et des réclamations y relatives.

« Cette tendance à une telle critique devient une solution à tes problèmes », a-t-il dit préparant le terrain à une notion plus importante qu’il veut inculquer dans la jeunesse rwandaise : l’esprit de compétition loyale.

« La jeunesse ne doit pas attendre des critiques. Elle doit elle aussi aiguiser son sens critique à l’égard de la société pour que les erreurs constatées soient corrigées à temps »

L’esprit de la compétition cher à Kagame

Continuant à s’adresser à ces jeunes entrepreneurs, Kagame leur a dit que le temps est précieux, que cela ne vaut pas la peine d’être appelé un jeune qui a des connaissances non exploitées pour le bien de ta famille et de ton pays.

Il a donné l’exemple d’un médecin ayant 30 ans d’expérience qui va soigner ses patients en état d’ivresse au point qu’il oublie des corps étrangers dans le corps de la personne qu’il opère.

Le Président a rappelé aux jeunes gens rassemblés autour de lui qu’ils doivent rendre de bon et rapides services à leur clientèle, que l’esprit de compétition tourne autour de cela.
« Tu ne peux pas délibérément ignorer de donner contre argent comptant un bon service attendu de tes clients pour espérer que ton affaire va prospérer à l’avenir », a dit le Président armant les jeunes gens à l’idée de comprendre que le client est toujours roi, qu’il en découle une compétition fair et éviter cette triste attitude intellectuelle de faire appel à un donateur.

« Nous devons prendre à bras le corps nos défis et tenter sérieusement d’y apporter des solutions. Jamais dire que ce problème est insoluble, s’avouer vaincu et attendre un bienfaiteur qui viendra t’épauler », a dit Kagame pédagogue révolutionnaire qui courbe l’échine au lieu de se prêter à l’aide.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité