Deux universités ferment leurs portes pour de bon

Redigé par IGIHE
Le 18 août 2017 à 04:08
Visites :
56 2

Ce jeudi 17 août 2017, le HEC (le Conseil de l’Enseignement supérieur) par le Ministère rwandais de l’Éducation a décidé de fermer pour de bon, deux universités étrangères qui avaient ouvert leurs campus au Rwanda. Il s’agit de l’Open University of Tanzania et de Singhad Technical Education Society (STES).

Pour rappel, le HEC avait, tout au début de cette année (en mars), suspendu temporairement des facultés ou des universités entières pour qu’elles renforcent les outils manquant dans la chaîne de transmission de connaissances leurs étudiants. La plupart de ces universités se sont exécutées.

C’est ainsi que l’INES-Ruhengeri a été autorisé en juillet de redémarrer toutes ses facultés. L’École des sciences infirmières et de médecine de Gitwe (ISPG) a elle aussi été autorisée de rouvrir la faculté des sciences infirmières sur les trois qu’elle devait restructurer.

La commission rogatoire de HEC a donc, ce jeudi 17 août 2017, rendu publics les résultats de son monitoring continu.

Les responsables de HEC ont décidé que l’ICK (Institut Catholique de Kabgayi) a satisfait aux conditions imposées par le Ministère de l’Éducation vis à vis de ses facultés de journalisme et communication, de celle de l’environnement et de celle du développement rural et urbain.

"ICK a montre qu’il fait des progrès tangibles dans l’amélioration des conditions académiques telles que fixées par le HEC. D’autres instituts et universités suspendues temporairement montrent également des signes positifs sauf les deux cités ci haut", a dit le Dr Muvunyi, DG de HEC.

"Viennent en tête de liste des universités temporairement suspendues et qui montrent une bonne voie d’amélioration, le Mount Kenya University, Mahatma Gandhi University et IPB/Institut de Polytechnique de Byumba", a-t-il confié à IGIHE trouvant que d’autres universités devraient fournir assez d’efforts pour être agréées dont Rusizi International University qui a un défi de gestion a relever, le Nile Source Polytechnic and Applied Arts qui a un problème de financement des activités et des équipements scolaires dans sa faculté de filming et la Jomo Kenyatta University.

Le patron du HEC a rappelé que ces universités ont encore un mois pour satisfaire aux conditions d’agrégation.

"Certaines d’entre elles montrent de l’essoufflement au point qu’elles vont être suspendues pour de bon", a-t-il confié à IGIHE montrant que les deux universités citées ci haut comme radiées définitivement de la liste des instituts supérieurs et universités opérant au Rwanda n’ont pas montre des signes d’amélioration des conditions exigées par le HEC depuis mars dernier.

Par ailleurs, HEC s’est engagé à faire un suivi et un monitoring permanents des universités opérant au Rwanda dans l’objectif de rehausser davantage la qualité de l’enseignement qui doit répondre des exigences du marché du travail national et régional concourant à faire du Rwanda un pays à Revenu intermédiaire d’ici en 2035.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité