Afrique du Sud : la polémique sur les faux diplômes d’enseignants relancée

Redigé par igihe
Le 17 novembre 2016 à 04:45
Visites :
56 2

En Afrique du Sud, un incident dans une école de Soweto a relancé le débat sur les faux diplômes d’enseignants. Cette semaine, un ex-enseignant d’école primaire a poignardé une directrice qui l’avait suspendu. L’enseignant avait été démis de ses fonctions, après que l’école ait découvert, suite à une plainte de parents d’élèves, qu’il avait menti sur ses qualifications et n’avait aucun diplôme. Un cas qui n’est pas isolé. En effet, le trafic de faux diplômes touche tous les secteurs d’activités.

Selon le Conseil sud-africain des éducateurs, des dizaines, voire des centaines d’enseignants mentent sur leurs qualifications. Le conseil a d’ailleurs récemment suspendu 20 enseignants accusés d’avoir produit de faux diplômes lors de leur recrutement. Dans un cas, une institutrice d’une école de la province du Limpopo a enseigné pendant près de 20 ans avant le subterfuge ne soit découvert.

Pour Themba Ndlovu, du Conseil sud-africain des éducateurs, il est difficile de démasquer les fraudeurs : « Nous avons récemment eu le cas de diplômes vendus directement par des membres de l’administration d’une université, ce qui rend les choses très difficiles pour une école pour identifier si un diplôme est authentique ou non. Cela montre également qu’il y a des réseaux, des gens qui se spécialisent dans ce trafic. »

Pour l’instant, trois universités ont été pointées du doigt, dont la célèbre université de Pretoria, Unisa. Toutefois, le problème ne se limite pas aux enseignants. L’année dernière, plusieurs personnalités ont été publiquement épinglées pour avoir menti sur leurs diplômes, dont un responsable de la radiotélévision nationale, ainsi qu’un député.

avec rfi.fr


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité