Une tribune libre d’Alain Billen : que fait France 24 avec le Rwanda

Redigé par afp
Le 15 novembre 2015 à 02:55

France 24 , la chaîne française en continu s’est intéressé à la pauvreté au Rwanda, dans un article à charge publié sur son site et qui désinforme les lecteurs, si ce n’est les manipule.
Laure REDIFER, Chef de la Délégation du FMI réfute des affirmations manifestement orientées.
Les faits son têtus. Une photo de GOMA (RDC)est choisie en premier lieu par la chaîne pour illustrer la pauvreté au RWANDA. Elle représentait des commerçants, transportant leurs marchandises sur des charrettes en bois, dans la (...)

France 24 , la chaîne française en continu s’est intéressé à la pauvreté au Rwanda, dans un article à charge publié sur son site et qui désinforme les lecteurs, si ce n’est les manipule.

Laure REDIFER, Chef de la Délégation du FMI réfute des affirmations manifestement orientées.

Les faits son têtus. Une photo de GOMA (RDC)est choisie en premier lieu par la chaîne pour illustrer la pauvreté au RWANDA. Elle représentait des commerçants, transportant leurs marchandises sur des charrettes en bois, dans la ville de Goma, située en RDC (République Démocratique du Congo).

Cette photo n’est plus présente d’ailleurs sur l’article actuellement et elle a été remplacée par un cliché qui montre une mendiante, dans une ville dont on ne connaît pas l’identité. Illustrer la pauvreté d’un pays en utilisant une photo qui ne le concerne en rien, revêt dans cet ensemble l’une des caractéristiques de la manipulation.

Ceci est d’autant plus surprenant que la capitale KIGALI, est la ville la plus sécurisée et la plus propre d’Afrique, avec ses artères goudronnées et éclairées, dignes de n’importe quelle ville européenne. Si à l’instar de ces villes , la mendicité existe elle limitée ici comme ailleurs à des quartiers spécifiques,

Pour s’en rendre compte, il suffit de passer la frontière « Rwando-Congolaise », la différence entre les 2 pays saute aux yeux. Il convient d’ailleurs d’inviter les observateurs eux mêmes afin qu’ils observent cette réalité sur place, sur le terrain.

D’une façon générale, le pays est à l’image de la capitale rwandaise, dont photo jointe, jusqu’aux villages reculés. A cet égard, on ne trouvera pas dans ce pays des tas d’immondices insupportables, des terrains vagues d’ordures ménagères et des bidonvilles qui ont été le lot commun du pays au sortir de la guerre et des évènements qui ont marqués le pays à jamais.

Fichez nous la paix !

En titrant le 2 novembre, « Selon des informations obtenues par France 24, les autorités rwandaises ont manipulé les dernières statistiques officielles sur la pauvreté », la chaine a voulu attirer l’attention du lecteur.il y a une certaine lassitude chez les Rwandais face à des accusations permanentes à l’encontre de leur pays.

La réponse « Fichez nous la paix ! », que l’on retrouve sur des blogs et des forums illustre parfaitement ce que ressentent la majorité des habitants de ce pays.

Au delà de cette expression populaire, c’est la perception de la France qui est en question dans de nombreux pays du continent. Dans le message universel qu’elle estime devoir porter, la France est devenue arrogante et elle se positionne trop souvent en donneuse de leçon.

Cela est d’autant plus incompris à Kigali que le rôle de la France pour maintenir ses intérêts et positions dans cette partie de l’Afrique n’a pas été éclairci malgré l’ouverture récente de certaines archives.

On estime ici qu’après avoir formé, soutenu et armé le gouvernement concepteur, auteur, exécuteur du génocide, la discrétion si ce n’est la réserve des messages de la diplomatie française par médias interposés semble nécessaire.

Car il s’agit bien de cela. Si l’on décortique la publication de la chaîne publique française à vocation internationale - le capital étant détenu par l’Etat français depuis le départ de la chaine privée TF1- , on est en droit de se poser la question des sources de « France 24 »

Certes la chaîne avance des désaccords entre un institut britannique et les autorités Rwandaises mais elle s’appuie essentiellement sur des témoignages anonymes et sur de nombreuses citations d"un des meilleurs experts sur le Rwanda", dit elle, de nationalité belge Filip REYNTJENS.

Des précisions s’imposent sans doute ignorées de la rédaction de France 24. L’expert interrogé n’a plus mis les pieds au Rwanda depuis plus de quinze ans. Et pour cause. En effet, pendant plusieurs années, Filip REYNTJENS a été conseiller auprès de l’ancien Président HABYARIMANA et de dirigeants ayant participé à des degrés divers au génocide rwandais.

L’expert belge a participé à la rédaction de la constitution, en vigueur à l’époque du drame et dans laquelle allait figurer la mention « ethnies » sur les cartes d’identité. Cette mention eu l’effet épouvantable d’identifier immédiatement les enfants, les hommes et les femmes des minorités ethniques comme futures victimes.

A aucun moment, alors que le génocide se préparait ouvertement, Filip REYNTJENS ne s’est exprimé, pour se désolidariser ou quitter les responsables politiques d’alors. En revanche, il est incompréhensible qu’un média connu tel « France 24 » ne soit pas en mesure de discerner une source fiable et impartiale sur cette question sensible alors Filip REYNTJENS est un commentateur tendancieux, eu égard à son engagement en faveur des anciennes autorités de ce pays.

Il eut fallu vérifier atténuer pondérer des affirmations qui n’exprimaient en réalité qu’une opinion politique et non une expertise dont la qualité première est la neutralité.

In fine, la question que nous nous posons est celle de savoir, pourquoi « France 24 » et d’une façon générale ou par son intermédiaire, les autorités françaises, veulent elles véhiculer une image strictement négative d’un pays qui est portant devenu, n’en déplaise, une référence pour la communauté internationale.

Selon le rapport du « World Economic Forum - 2015 », le RWANDA parmi les 10 pays les plus avancés en matière de gouvernance https://agenda.weforum.org/2015/07/.... Il est au 2ième rang pour l’environnement des affaires, en Afrique du classement Doing Business de la Banque Mondiale http://www.doingbusiness.org/rankings.

Laure REDIFER, Haut Fonctionnaire du FMI, réfute les informations relayées par France 24 . Elle devait déclarer « "Je l’ai vu de mes propres yeux, et la transformation du Rwanda au cours de ces dernières années confirme ce que les chiffres sur la pauvreté font apparaître. Nous n’avons aucune raison de douter de ces chiffres. De mon expérience personnelle, ce que disent ces chiffres est facilement confirmé sur le terrain ».


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité