« Les jeunes peuvent solliciter la terre de l’Etat pour sa meilleure exploitation » -Ministre Mukeshimana

Redigé par Igihe.com
Le 16 février 2017 à 12:51
Visites :
56 2

Les jeunes peuvent solliciter la terre de l’Etat pour mieux l’exploiter et ils l’obtiendront, selon la Ministre de l’Agriculture et des Ressources Animales (MINAGRI), Dr Géraldine Mukeshimana.

« La terre appartenant à l’Etat est disponible. Tout Rwandais qui veut l’utiliser de façon rentable peut le demander. Surtout les jeunes du Forum Rwandais des Jeunes pour l’Agribusiness (RYAF). Les districts sont prêts pour rendre ce service », a-t-elle indiqué.

Elle a tenu ces propos devant les délégués de RYAF et de leurs partenaires tous réunis pour écouter les nouvelles opportunités à jour qui s’offrent aux jeunes en matière d’agribusiness.

Ces opportunités sont liées aux fonds dans les banques, dans les divers projets, et le MINAGRI, et autres partenaires comme la BDF, la BNR, la BRD, les assureurs, qui sont tous prêts à appuyer le jeune disposant de solides projets afin de rendre l’agriculture plus professionnelle.

« Le MINAGRI est là pour vous montrer les maillons de production où vous pouvez être performants. Il vous appartient de faire votre choix. Diverses chaînes comme l’irrigation, la production, la transformation, le transport, le traitement des déchets ou encore la collecte du lait, son transport, sa transformation, l’insémination, ou l’accès au marché, constituent des domaines porteurs à exploiter », a-t-elle poursuivi.

Elle a rappelé que l’assurance agricole existe déjà au Rwanda, par exemple à travers UAP. L’Etat a supprimé le TVA sur les services agricoles, ce qui constituait un risque jonché d’obstacles. Une telle avancée représente une mesure incitative majeure.

Pour le Président de RYAF Jean-Baptiste Hategekimana, c’est le moment d’évaluer le niveau d’accélération atteint par les divers partenaires pour l’appui à la jeunesse.

« Il est temps de coordonner nos activités au niveau de l’agribusiness, de la transformation, des ICT en agriculture, de l’emballage, des formations et de la vente des fertilisants. Nous avons un plan de cinq ans au cours duquel nous devons montrer nos obstacles, notamment dans l’assurance agricole. Il faut aussi réduire le chômage chez les jeunes de façon durale. Le jeune doit trouver sa propre réponse, et de façon innovatrice », a-t-il.

Les partenaires que sont la BDF, BRD, FAO, MINAGRI, etc. en ont profité pour montrer leur niveau d’intervention à jour en faveur de RYAF. Le constat est qu’aussi parmi les jeunes, des progrès remarquables dans l’agribusiness sont à relever. Que ce soit au niveau de l’élevage du lapin, de l’agriculture du piment et autres cultures, de la transformation de l’avocat en huile, etc

Avec grandlacshebdo.fr


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité