IGIHE.com \BB Tourisme
Le Potentiel : Interprétation tendancieuse du discours américain sur l’Est de la RDC
Publié le 27-12-2012 - à 13:56' par Jovin Ndayishimiye

LE POTENTIEL, quotidien de Kinshasa a une plume partisane. Il n’a que faire d’interpréter à sa juste valeur une déclaration faite par l’Ambassadeur américain à Kinshasa à propos de la situation de l’Est de la RDC.

Le quotidien se permet d’aller au-delà des déclarations de l’ambassadeur. Le fait d’avoir le droit d’écrire lui fait croire qu’il est le porte parole et l’avocat de son gouvernement. Cet improfessionnalisme, le quotidien ne s’en démet pas tout au long de ses publications.

Il lui est difficile de prendre de la distance et de ne pas être juge et partie.

"La rédaction du journal Le Potentiel prend acte de la réaction de l’ambassadeur des Etats-Unis en République démocratique du Congo. Elle se félicite de la reconnaissance, par les Etats-Unis, des cinq (5) millions de Congolais morts du fait des conflits armés commandités par ceux qui ne jurent que sur la partition de l’ex-colonie belge.

Chapeau bas à l’administration américaine ! Le pas effectué est bon, c’est déjà un point positif. Mais, il en faut davantage. Car au-delà de cette reconnaissance, le diplomate américain en poste à Kinshasa aurait fait œuvre utile en désignant le chat par son nom. Les coupables du drame congolais qui se décline en termes de millions de morts, des milliers de femmes violées, des pillages systématiques des ressources naturelles de la RDC, sont connus. Deux rapports d’experts de l’Onu en font foi »,

écrit-il oubliant que dans ces dits rapports, les viols de femmes congolaises qu’il mentionne sont aussi souvent imputés aux éléments de l’armée nationale congolaise, les FARDC, qui montre des signes patants d’indiscipline parce que la solde de ses militaires vient très rarement quand elle n’est pas insuffisante.

« Le monde actuel– avec les Etats-Unis en tête de peloton, de par son statut de première puissance mondiale – ne doit pas oublier le génocide qui se commet en RDC depuis les années 1990 ; génocide auquel ont pris une part active le Rwanda et l’Ouganda, soutenus par des multinationales anglo-saxonnes. », renchérit-il.

Ce quotidien est intéressant dans la mesure où il parle de génocide commis par de petites puissances voisines alors qu’au moment où il écrit ces lignes, les citoyens congolais d’expression rwandophone sont pourchassés à l’Est, dans les localités contrôlées par les FARDC et autres mouvements anti Tutsi y compris les Nyatura et les Fdlr, même dans la Ville de Goma.

Et il pense que ces citoyens doivent se tenir comme des agneaux alors que même le régime actuel doit son existence à leur bravoure avec décidément l’aide du Rwanda quand ces congolais rwandophones ont pris le père de l’Actuel président Kabila et lui ont offert le pouvoir de Kinshasa.

Récompense ? L’ingratitude

En retour, pour leur remercier de ce geste, le père du fils Kabila a ramené de Brazzaville, Bangui, de Zambie, d’Angola et d’ailleurs d’aguerris anciens militaires rwandais du régime Habyarimana (1973-1994) dans cet Est pour se préparer à la petite marche qui devait les ramener à Kigali.

La suite, « La rédaction du journal Le Potentiel espère que les recommandations formulées par le groupe d’experts de l’Onu seront prises en compte par l’administration Obama. Si d’aventure, celle-ci fermait les yeux sur le génocide congolais, elle se rendrait coupable de non assistance à peuple en danger ».

Triste journal qui plaide pour son gouvernement afin que le grand Américain tape sur les doigts du petit Rwandais partant des rapports cousus à la hâte et dont la conviction n’a d’égale que la conspiration.

Une presse partisane est triste car elle est atteinte de cécité au point qu’elle ne peut s’amender en acceptant la réalité des faits. Et puis, cette presse ne peut qu’être partisane car elle ne rapporte que des événements qui se déroulent à 2000 Km d’elle. Elle ne se transporte jamais sur les lieux.

Et puis, elle est fait d’hommes et de femmes qui épousent les perceptions générales datant de la période mobutienne de la plupart des Congolais autres que rwandophones selon lesquelles ces rwandophones ne sont pas des Congolais de souche.

Réaction de l’ambassadeur américain sur l’interprétation du journal

Par l’intermédiaire de son Public Affairs Office, l’ambassadeur écrit :
« Le gouvernement américain a fait appel aux pays concernés de la région pour démontrer leur engagement à atteindre une stabilité régionale viable. Ceci inclut que le Rwanda cesse tout soutien au M23 et que le gouvernement de la RDC entreprend une réforme complète de leur secteur de sécurité en professionnalisant son armée.

Nous exhortons aussi le secrétaire général des Nations unies à déployer une Commission spéciale des Nations unies pour aider les pays concernés de la région à atteindre une résolution politique durable et garantissent l’implémentation réussie de cette résolution sur le long terme. »

Cette réponse est très diplomatique mais lourde de sens et de triste vérité sur le terrain où Kabila Père comme Kabila Fils ont rejeté les services de ses citoyens pour faire une armée forte et ont toujours fait recours à des groupes armés étrangers, principalement les FDLR/Forces Démocratiques de Libération du Rwanda pour chasser les indésirables Congolais rwandophones de l’Est de la RDC.

La suite, on la comprend. Ces derniers s’estiment nationaux malgré la perception d’autres Congolais vieille de plusieurs décades au risque de rendre réelle cette partition à laquelle fait allusion le journal :

« La crise d’aujourd’hui est une tragédie profonde, mais il pousse aussi nos partenaires et nous de redoubler nos efforts pour aider la RDC et la région à déterminer un chemin plus viable vers la paix, la prospérité, et la sécurité à long terme », écrit l’ambassadeur mesurant lui aussi l’acuité du problème.

Ces Rwandophones pourchassés et éparpillés au Rwanda, au Burundi, en Ouganda et dont une partie a demandé le lointain exil canadien et américain se sentent fiers d’avoir une patrie. Cette patrie, ce n’est pas le Rwanda, c’est la RDC.

Mais que se passe-t-il quand un Etat au bord de la faillite renie les droits de la jouissance de la nationalité d’une partie de son peuple ? La réponse est simple. Il force cette partie à lutter pour son autodétermination. Vous avez dit Balkanisation ?

Commentaires

Est-ce les militaires rwandais sont les meiux payés de la région ?
prière voir un article de jeune afrique sur les armées africaines subsahariennes , on est loin de croire àcette affirmation !

Répondre28.12.2012 à 02:36
ntasoni

Loin de moi de faire une telle affirmation mais au moins la solde est régulière pour les militaires rwandais. Ce ’semblant de stabilité’ et un bon commandement fait que la discipline qui est le véritable qualificatif d’un soldat est possible chez le soldat rwandais. Il y a d’autres mesures incitatives pour le militaire rwandais, il s’agit de leur banque-coopérative dite CSS/Crédit and Saving Schemes. Cette coopérative oeuvre aussi dans la stabilité relative du militaire rwandais.

28.12.2012 at 13:34
admin

ANDIKA ICYO UTEKEREZA KURI IYI NKURU

AMATEGEKO AGENGA IYANDIKA RY'IGITEKEREZO CYAWE:
Witandukira kubijyanye n'iyi nkuru; wikwandika ibisebanya, ibyamamaza cyangwa bivangura; wikwandika ibiteye isoni,
Wifuza kubona byihuse ibivugwa/ibisubizo ku gitekerezo cyawe, andika email yawe ahabugenewe.
Igitekerezo cyawe kigaragara nyuma y'isuzuma rikorwa na IGIHE.com
Ibi bidakurikijwe igitekerezo cyanyu gishobora kutagaragara hano cyangwa kigasibwa, Murakoze!