Amb. Claver Gatete (Economie et Finance) dévoile un plan d’épargne publique citoyenne

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 29 mai 2017 à 05:34
Visites :
56 2

Alors qu’il comparaissait ce lundi 29 mai devant le Parlement rwandais, Chambre des Députés, pour répondre aux questions d’une épargne publique non soutenue, le Ministre de l’Economie et Finance, Amb. Claver Gatete, a déclaré que des stratégies d’épargne citoyenne volontaire sont entrain d’être étudiées au sein de son ministère.

Le Ministre a informé les parlementaires que son ministère a requis les services de consultance d’un institut américain Karen Consulting spécialisé dans les études relatives à l’accroissement de l’épargne publique, que celui-ci a commencé ses recherches dès 2014 en rapprochement avec une autre étude que le même institut avait mené en Inde.

Il s’est avéré que seuls 10% de Rwandais ont contracté une assurance-pension, que cette portion de Rwandais accuse elle aussi un grand pourcentage de ceux qui ne se sont pas constitué une épargne logement et éducation avant la retraite.

Le Ministre a révélé aux parlementaires qu’en 2012, le Rwanda comptait une population de 510.000 personnes ayant atteint leur retraite (60ans), que ce chiffre montera jusqu’à plus d’un million en 2032.

Le ministre s’est dit préoccupé par toute cette pléthore de citoyens qui ne font pas une épargne, qu’au rythme où vont les choses, les moyens de subsistance pourront leur manquer dans leur âge de retraite.

Une épargne publique par le biais de la RSSB ( Caisse Sociale)

Le Directeur Général au Ministère des Finances et Planification, Eric Rwigamba, a révélé les nouvelles stratégies prises par son ministère pour montrer que tout citoyen adhérera volontairement à la Caisse Sociale du Rwanda dite RSSB (Rwanda Social Security Board) ; qu’aussitôt enregistré, il pourra contribuer par la biais de son compte dans les microfinances SACCO et autres, dans les banques et même qu’ils pourront utiliser leurs téléphones portables affiliés au système de Mobile Money.

Ce fonctionnaire du MINECOFIN a montré que tous les Rwandais, toutes catégories et classes sociales confondues, pourront ouvrir leurs comptes à RSSB qu’ils alimenteront selon le rythme librement souscrit.

"Ceci veut dire concrètement que si un fermier agricole connait deux récoltes par an. RSSB conviendra avec lui le versement de ses cotisations deux fois par an. Mais comment la chose se passera-t-elle pour un motocycliste qui fait le taxi et perçoit de l’argent au quotidien ? Il sera libre à lui de proposer et souscrire la période de versement de ses cotisations", a-t-il dit ajoutant que pour un individu ayant des revenus fixes, il est facile d’autoriser à sa banque un virement périodique permanent au profit d’un des comptes de la RSSB.

Rwigamba a dit que le versement des cotisations-épargne volontaire ne sera pas frappé d’impôt, que l’imposition se fera quand l’épargnant décidera du retrait de ses cotisations. Et là, a—t-il ajouté la taxe frappera uniquement les intérêts qui auront été générés par cette épargne volontaire.

Le fonctionnaire du Ministère de l’Economie et Finance a montré que cette épargne citoyenne volontaire sort du cadre légal de la pension-retraite des agents de la Fonction Publique et du Secteur Privé dans la mesure où cette épargne sera remise à l’ayant-droit en totalité agrandie d’intérêts au momnt où la pension retraite est retrocédée aux bénéficiaires sous forme de mensualités.

Cette conception d el’épargne publique est-elle la bonne ? Pourquoi ne pas exiger de tout Rwandais souciex de souscrire volontairement une épargne-retraite de bénéficier des conditions légales de la pension-retraite ? Pourquoi ne pas exiger de chaque citoyen rwandais de commencer à épargner un montant fixe à partir d’un âge donné, 18 ans, 21 ans, 25 ans ? en tenant compte de sa catégorie professionnelle : fermier ? Cantonier ou maçon ? ou de sa classe sociale ?
Cette idée d’épargne publique de masse pourrait avoir un grand impact socio économique, il jouerait sur une baisse sensible des taux d’intérêts des crédits bancaires, il jouerait sur la psychologie de nombreuses classes sociales pauvres qui adhéreront à ce drainage de l’épargne publique dans la mesure où ces classes qui seront assurées pour leur retraite se sentiront confiantes pour leur avenir avec pour effet amélioration des conditions de vie de la large classe ouvrière rwandaise, une nette évolution des mentalités et confiances dans la stabilité des structures socio économiques et politiques existantes, l’étirement de l’espérence de vie.

La 1ère catégorie sociale bénéficie du plan du MINECOFIN

Le fonctionnaire montre que les personnes indigentes classées dans la1ère Catégorie seront encouragées dans cette épargne, le gouvernement étant prêt de contribuer une partie égale à leurs contributions.

"Si la personne classée Catégorie 1 d’UBUDEHE épargne pour 12.000 francs par an, le Gouvernement le complètera à hauteur de 12.000 francs. De même pour les citoyens rwandais relevant de la 2ème catégorie qui contribueront pour 15.000 Frw, verront leurs comptes gonflés de 15.000 autres francs de la part du Gouvernement. Ces citoyens pourront bénéficier de ces largesses gouvernementales
égales à leurs mises jusqu’à 18.000 francs", a dit le fonctionnaire dévoilant que ce privilège ne se fera que durant les trois premières années de cette campagne pour inciter beaucoup d’adhésions au Programme d’épargne publique de masse.

Ces mesures gouvernementales incitatives bénéficieront également aux citoyens rwandais des classes sociales aisées, ceux dits de la 3ème catégorie. Leurs mises allant nécesairement au delà de 18.000 Frw par an se verront agrandies de 50% de fonds accordés par le Gouvernement.

Somme toute ce programme a l’allure de stimuler une épargne publique et, ainsi de contribuer à la baisse des taux d’intérêts bancaires très exorbitants. Ceci annonce une autre victoire de la gouvernance du Président Paul Kagame qui, au cours de son très prochain troisième septennat, parviendra à stabiliser une inflation sournoisement provoquée par les Banques commerciales à pied d’oeuvre dans le pays.

Avec cette épargne publique suffisante, les crédits agricoles, industriels, culturels et commerciaux pourront être traités en parfait accord avec leur nature, leur période de grâce et qu’en-sais-je.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité