IGIHE.com \BB Economie
Un millier de migrants évacués d’un campement à Paris.
Publié le 22-07-2016 - à 14:54' par IGIHE

EVACUATION - Un nouveau camp de migrants, qui comptait plus d’un millier de personnes, a été évacué ce vendredi matin à l’aube dans la capitale. Un mouvement de foule s’est créé à l’arrivée des bus, qui doivent conduire les migrants dans des centres d’hébergement, plus salubres.

Un campement insalubre de plus d’un millier de migrants qui s’était récemment reconstitué dans le nord de Paris était en cours d’évacuation ce vendredi matin, 26e opération de "mise à l’abri" en un an. Entre 1.200 et 1.400 personnes, pour la plupart des hommes, originaires d’Erythrée, de Somalie ou d’Afghanistan, avaient été recensées ces derniers jours dans ce campement situé entre les stations de métro Jaurès et Colonel Fabien, à cheval sur les Xe et XIXe arrondissements.

Au début de l’opération vers 6h30, un mouvement de foule s’est créé, les gens voulant monter à bord des bus qui arrivaient au compte-goutte. Les forces de l’ordre les ont repoussés en utilisant des bombes lacrymogènes. Les cars doivent les conduire dans descentres d’hébergement en Ile-de-France et en province. 1.500 places ont été mobilisées, dont environ 500 en gymnase.

Des camps insalubres faute de places en centre d’hébergement

Le campement parisien était insalubre, "c’est très difficile, on n’a pas de couvertures, de douches, de toilettes. Moi je dors sur un carton, ma capuche sur la tête", a confié un Tchadien de 19 ans. Des centaines de tentes et de matelas, au milieu des détritus et de flaques d’urine, avaient fini par recouvrir le bitume. Le week-end dernier, des rixes avaient éclaté entre migrants, nécessitant l’intervention de policiers et CRS.

La Coordination française pour le droit d’asile (CFDA), qui regroupe des associations d’assistance aux migrants, a déploré ce jeudi le "harcèlement policier et administratif" dont sont victimes les personnes exilées, alors que "la France a l’obligation d’accueillir dignement et d’héberger l’ensemble des personnes qui demandent une protection sur son territoire". "Cet accueil doit en principe se faire dans des CADA (centres d’accueil pour demandeurs d’asile) où elles doivent être suivies et accompagnées tout au long de leurs démarches", rappelle la CFDA. Mais en "dépit de créations importantes de places d’hébergement (+20.000 en deux ans), les capacités demeurent insuffisantes".

Avec metronews.fr


Kwamamaza
Commentaires

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Ne vous eloignez pas du sujet de discussion; Les insultes,difamations,publicité et ségregations de tous genres ne sont pas tolerées
Si vous souhaitez suivre le cours des discussions en cours fournissez une addresse email valide.
Votre commentaire apparaitra apre`s moderation par l'équipe d' IGIHE.com
En cas de non respect d'une ou plusieurs des regles d'utilisation si dessus, le commentaire sera supprimer. Merci!