États-Unis : l’argent a toujours été roi à la Maison Blanche, mais jamais autant qu’avec Donald Trump

Publié par Olga Ishimwe
Le 23 mars 2017 à 03:10
Visites :
56 2

Depuis George Washington en 1789, les présidents américains ont toujours entretenu avec l’argent des rapports étroits. Mais avec Donald Trump, le plus riche de tous, on est entré dans une autre dimension !

Pour 200 000 dollars (environ 188 000 euros) par an, vous pouvez avoir accès à l’homme le plus puissant de la planète : le président des États-Unis en personne. C’est en effet le prix de la cotisation pour devenir membre de Mar-a-Lago, l’hôtel-club très sélect que Donald Trump possède en Floride. Depuis que le chef de l’exécutif y a récemment passé deux week-ends, l’établissement est même surnommé la Maison-Blanche d’hiver.

JPEG - 44.5 ko
Donald Trump et Melania Trump, avec Barron, leur fils dans leur luxueux appartement de la "Trump Tower"

Avant la présidentielle de novembre 2016, la cotisation n’était que de 100 000 dollars. Comme quoi, la politique n’est nullement incompatible avec les affaires. Mais ça, on s’en doutait ! Cette somme va directement dans les caisses de la Trump Organization, dont le président a délégué la gestion à ses deux fils aînés, Donald Jr et Eric.

Personne ne connaît avec précision le montant de la fortune trumpienne. Le groupe Bloomberg (informations financières) l’évalue à 3 milliards de dollars, et le magazine Forbes à 4 milliards. Très porté sur la vantardise, l’intéressé évoque pour sa part la somme de 10 milliards… Son refus de rendre publique sa feuille d’impôt – cas unique dans l’histoire récente – n’aide pas à y voir clair.

Seule certitude, il est le président américain le plus riche de tous les temps. Et pourtant, la concurrence est vive ! Sur les quarante-cinq chefs de l’exécutif élus depuis avril 1789, seuls neuf n’étaient pas millionnaires. La fortune du premier, George Washington, est estimée à 525 millions de dollars d’aujourd’hui : il possédait notamment 8 000 acres de terres et 300 esclaves. Autre esclavagiste notoire, Thomas Jefferson (1801-1809) était à la tête d’une fortune estimée à 212 millions de dollars.

Héritiers

À l’instar de Trump, beaucoup étaient des héritiers. C’est le cas des Roosevelt, Theodore (1901-1909) et Franklin Delano (1933-1945), rejetons d’une grande famille new-yorkaise. Homme d’affaires redoutable, Joseph Kennedy, le père de John Fitzgerald (1961-1963), était lui aussi immensément riche. S’il lui avait survécu, son fils aurait hérité d’un pactole avoisinant le milliard de dollars.

Paradoxe

Jamais la consanguinité entre Washington et Wall Street n’a été aussi marquée. Faut-il rappeler que la moitié des congressmen sont millionnaires ? Pourtant, l’argent ne fait pas tout. Trump n’a consacré à sa campagne « que » 66 millions de dollars, ce qui ne l’a pas empêché de triompher de concurrents bien mieux pourvus. Candidat à la primaire républicaine, Jeb Bush disposait pour sa part d’un trésor de guerre d’un montant estimé à 100 millions de dollars.

En novembre 2016, Trump était parvenu à réunir 646 millions de dollars, essentiellement sous la forme de petits dons, quand le camp Clinton et ses Super PAC disposait de 1,2 milliard de dollars. Insuffisant pour contrer l’incroyable faculté de The Donald à capter l’attention des médias par son message populiste et ses outrances. Paradoxe : c’est Trump le milliardaire qui a fait la démonstration que l’argent ne régnait pas encore sans partage sur la politique américaine.

Avec Africatime


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité