Au Niger, les activités du PAM gravement menacées par manque de fonds

Publié par Jovin Ndayishimiye
Le 28 juillet 2016 à 07:48
Visites :
56 2

Le Programme alimentaire mondial (PAM) risque de suspendre dès septembre son assistance humanitaire à des milliers de nourrissons souffrant de malnutrition et aux cantines de nombreuses écoles au Niger, en raison d’un manque crucial d’argent, a prévenu jeudi l’agence onusienne.

"Nos ressources se sont épuisées et si nous n’avons pas de contributions immédiates, nous serons dans l’impossibilité, d’ici début septembre, de continuer notre assistance aux enfants malnutris (...), aux écoles à cantines" et de cesser "les activités de développement rural", a expliqué à l’AFP Vigno Hounkanli, le porte-parole du bureau du PAM à Niamey.

"Nous avons déjà réduit les rations alimentaires aux populations démunies", a-t-il ajouté.

Dans un communiqué transmis à l’AFP, le PAM explique qu’il fait actuellement "face à un manque de ressources financières" qui "menace la poursuite de toutes ses activités" au Niger, un des pays les plus pauvres du monde.

Le PAM dit avoir besoin de 21,4 millions de dollars (19,4 millions d’euros) pour assister les populations du Niger "les plus vulnérables" de "septembre à décembre" prochains.

Au Niger, pays aride, le taux des enfants atteints de malnutrition a déjà atteint 15%, soit le "seuil d’urgence" fixé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Ce crucial manque de fonds se fait déjà sentir dans le combat contre la malnutrition. "Depuis juin", les enfants malnutris âgés de moins de cinq ans ainsi que les femmes enceintes ou allaitantes ne reçoivent que des "demi-rations" de suppléments d’aliments, riches en vitamines, dans les centres spécialisés, déplore le PAM.

Or, 240.000 enfants malnutris et 110.000 femmes enceintes ou allaitantes doivent bénéficier des "rations complètes" de "septembre à décembre", précise l’agence onusienne.

Le PAM s’inquiète également pour ses stocks actuels, qui ne lui permettront d’assister que 63.500 élèves dans 440 écoles disposant de cantines pour une durée de trois mois, alors que 240.500 élèves issus de 1.250 de ces écoles doivent être nourris au cours de la prochaine année scolaire qui débute en octobre et dure neuf mois.

Avec africatime.com


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité