Urgent

Procès Evode Imena vs l’Etat Rwandais : Le parquet interjette appel

Redigé par Olga Ishimwe
Le 7 mars 2017 à 11:50

La Haute Cour de Kigali a, dans sa séance de procès Imena Evode de ce mardi 7 mars, ex-ministre, entendu le Ministère Public qui a fait appel de la décision du juge de 1ère instance de libérer provisoirement l’accusé afin qu’il plaide en étant libre de ses mouvements. Il est accusé de népotisme et de favoritisme quand il remplissait ses fonctions de Secrétaire d’Etat au Ministère des ressources naturelles. Comparant devant le juge ce mardi 7 mars, l’accusé a demandé le report de la séance de procès pour (...)


La Haute Cour de Kigali a, dans sa séance de procès Imena Evode de ce mardi 7 mars, ex-ministre, entendu le Ministère Public qui a fait appel de la décision du juge de 1ère instance de libérer provisoirement l’accusé afin qu’il plaide en étant libre de ses mouvements. Il est accusé de népotisme et de favoritisme quand il remplissait ses fonctions de Secrétaire d’Etat au Ministère des ressources naturelles.

Evode Imena (au centre), avec ses avocats dans son procès

Comparant devant le juge ce mardi 7 mars, l’accusé a demandé le report de la séance de procès pour le fait que l’annonce du procès a été faite tardivement. L’accusé montre qu’il n’a eu connaissance du rendez-vous que vendredi 4 mars, que par conséquent ce si peu de temps ne l’a pas permis de préparer sa défense.

En effet la loi donne 8 jours de préparation à la partie accusée après la notification de la date du procès.

Evode Imena au centre dans un costume bleu, avec ses collègues dans les habits de prisoniers

Ses collègues Francis Kayumba et Joseph Kagabo, anciens hauts fonctionnaires du ministère des Ressources Naturelles, sont eux, emprisonnés comme complices. Ils se plaignent du fait que ledit procès traîne en longueur, qu’il faudrait qu’il finisse dans les meilleurs délais. Ils ne sont pas contents de leur sort : quelques 45 jours dans une situation de détention préventive. Ils avaient eux aussi interjeté appel pour une libération provisoire au même moment où le Ministère public demandait qu’Evode soit emprisonné préventivement.

Dans tous les cas, la cour a approuvé la demande de M. Evode Imena et a reporté la séance de procès pour le 10 mars 2017.

De quoi sont-ils accusés ?

Imena Evode, alors Secrétaire d’Etats aux Mines et Ressources Naturelles, a été arrêté par la police le 27 janvier 2017 et chargé de crimes de népotisme et favoritisme en compagnie de son Directeur Général chargé du département Droit des Carrières et Mines, Francis Kayumba, et du Chef de division Technique d’exploitation des Mines, Joseph Kagabo.

Le Mnistère Public accuse Evode Imena d’avoir signé un arrêté ministériel octroyant à la société GDG appartenant aux femmes de ses deux collègues citées plus haut l’autorisation d’exploitation d’une mine qu’elles ont immédiatement cédée aux investisseurs de ARM pour 20 mille dolars aussitôt partagés entre elles deux. Il est reproché à l’ancien Secrétaire d’Etat de s’être arrogé les pouvoirs qui n’étaient pas les siens.

Evode Imena qui discute avec ses avocats devant la cour de Justice

Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité