La Ministre rwandaise Mushikiwabo explique la décision d’accueillir les 30.000 migrants

Redigé par NDJ
Le 25 décembre 2017 à 08:44

La Ministre rwandaise des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Affaires de l’EAC, Mme Louise Mushikiwabo, a expliqué que le Rwanda, peu étendu qu’il est pour accueillir les trente mille migrants pris en esclavage pour subir le trafic humain en Libye, il n’a été motivé que par des sentiments d’humanité et de hautes valeurs de la rwandité.


Elle a expliqué que des images révoltantes émises par la CNN montrant des Africains vendus de gré à gré et aux enchères en Libye, ont fini par éveiller des sentiments de compassion de plusieurs personnalités rwandaises et africaines qui ne comprenaient pas qu’au 21ème siècle une telle transaction esclavagiste pouvait se faire.

"C’est dans ce sens que le Rwanda a décidé d’accueillir ces 30 mille migrants qui tentaient de traverser la Méditerranée pour se faire arrêter sur les bords libyens de cette mer et subir un trafic humain esclavagiste", a dit la Ministre montrant que la décision du gouvernement rwandais n’a d’autre sens si ce n’est celui-là.

Ils sont parqués comme des sacs et subissent les enchères de la part des esclavagistes.

La Ministre a fait cette intervention devant les micro de la Télévision publique rwandaise ce dimanche 24 décembre 2017 tentant de passer en revue les différentes réactions de l’opinion publique et insistant sur le caractère de l’altruisme adopté par le gouvernement rwandais.

"Il s’entend que l’opinion publique puisse être partagée sur cette question d’un pays surpeuplé qui décide d’accueillir ces migrants, une décision qui tombe abruptement sans être prévue. Quand nous avons décidé d’accueillir quelques-uns de ces Africains rendus esclaves et vendus aux enchères comme des bêtes sauvages encore que celles-ci se vendent d’une façon décente sans subir des tortures, il y a eu un sursaut d’humanité au vu de traitement sans façon qu’ils subissent. Ici, la dimension de se donner pour l’autre a pris le dessus", a dit la ministre montrant que même le capitalisme dans n’importe quel pays du monde devait faire montre d’un visage humain.

Il est parfaitement impensable de voir un être humain vendu aux enchères autant qu’on le fait pour le bétail. Il est difficile que cette suation laisse indifférente quelqu’un", a ajouté la ministre dans une tentative de persuasion.

"il est triste de vor des jeunes gens, des pères de famille parqués dans un hangar servant de stock de marchandises et d’être objet de marchandage. Nous les Rwandais, tenons à nos valeurs culturelles de dignité humaine et pensons que nous ne pouvons pas tolérer cette situation", a dit la Ministre n’expliquant pas les causes profondes ayant permis une telle situation d’esclavage de ces jeunes gens.

L’Occident qui était la destination de ces migrants n’a pas été évoqué par la ministre tout autant qu’elle n’a pas fait allusion à un quelconque tribunal international spécial pour juger ces nouveaux esclavagistes du 21ème siècle.
Mais est-ce sa faute ou celle du journaliste qui ne l’a pas amené sur cette trajectoire ?

"Nous n’avons pas la capacité d’accueillir tous ces migrants. Nous avons dit le nombre que nous sommes à même d’accueillir. Mais nous ne pouvions pas rester impuissants devant cette situation", a confié la ministre montrant que ce pas posé a permis l’évolution de la situation de ces migrants.

Elle a annoncé qu’à la déclaration de rapatrier ces migrants vers le Rwanda, des partenaires ont offert leurs services et soutiens financiers pour cette opération et pour leur séjour dans le pays.
"Au vcours de leur séjour chez nous, nous nouerons un dialogue avec leurs pays d’origine respectifs pour un rapatriement procédurier", a dit la ministre montrant que la destination rwandaise pour cette année 2018 prochaine, n’est pas définitive en tant que pays d’accueil mais comme un pays servant uniquement de transit de ces jeunes africains qui feront le choix du retour chez eux ou d’élire le Rwanda comme leur seconde patrie.

Ils sont 400 mille migrants africains bloqués en Libye tentant en vain de traverser la Méditérranée pour l’Occident et obligés de subir les dures conditions de l’esclavage en ce début du 21ème siècle.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité