Le Conseil de Sécurité de l’UA opte pour l’Arrestation de présumés génocidaires en Afrique

Publié par IGIHE
Le 19 avril 2017 à 09:43
Visites :
56 2

La Commission africaine AUPSC/African Union Peace and Security Commission vient de se réunir pour recommander aux Etats africains membres de l’UA de procéder aux arrestations de présumés criminels de génocide des Tutsi de 1994 se trouvant sur leur sol pour les juger ou les extrader au Rwanda.

C’est l’une des résolutions arrêtées au cours de la 678 assemblée de ladite Commission le 11 avril dernier à Addis Abbeba. Cela a été fait, dit-on, dans le cadre de prévenir la haine et l’idéologie du génocide. Le Rwanda avait dépêché à cette assemblée le Dr Jean Damascène Bizimana qui y a donné une communication remarquée.

"La Commission a apprécié les efforts consentis par certains pays africains dans la conduite d’enquêtes judiciaires et de procès contre les présumés criminels de génocide des Tutsi de 1994. Elle a recommandé à d’autres pays qui n’ont pas encore commencé cette activité de le faire dans les meilleurs délais", lit-on dans les conclusions de l’AUPSC qui pointe du doigt la plupart des commandants des FDLR/Forces Démocratiques de libération du Rwanda opérant dans les forêts et brousses de l’st de la RDC soupçonnés de participation dans ce génocide et qui participent activement à son négationnisme et révisionnisme.

"Nous envoyons des mandats d’arrêt internationaux dans les pays africains où nous avons de forts soupçons de résidence de sujets rwandais présumés génocidaires. Nous leur demandons de procéder à leur arrestation et de les traduire en justice ou les extrader au Rwanda. Mais aucune réponse ne nous est encore parvenue. Par contre quand nous écrivons aux gouvernements européens, les réponses positives ne tardent pas à venir. Les investigateurs de ces pays occidentaux vienent sur les lieux du crime pour la véracité de la démarche", a confié à IGIHE le procureur Siboyintore en charge de la cellule de traque des génocidaires rwandais en cavale à l’étranger.

Le procureur cite la RDC comme le pays hébergeant le plus de criminels de génocide perpétré contre les Tutsi en 1994, 46 dossiers transmis. Elle est suivie de l’Uganda avec 38 présumés et le Burundi, 12.

Il a néanmoins apprécié le geste ugandais avec la récente extradition de 3 présumés criminels de génocide des Tutsi.

Le Rwanda est élu membre de l’AUPSC depuis janvier 2016 où il siège aux côtés de l’Algérie, du Bostwana, Burundi, Tchad, Congo Brazza, Egypte, Kenya, Niger, Sierra Léone, République Sud Africine, Togo, Uganda et de la Zambie.

La Commission a en outre recommandé aux Etats membres ne l’ayant pas encore fait de ratifier la Convention Africaine et Internationale de Prévention des génocides et de tirer des leçons utiles du Génocide perpétré contre les Tutsi du Rwanda en 1994.

La justice rwandaise en collaboration avec celle des pays africains recherche encore activement les grands cerveaux de ce génocide des Tutsi en cavale dans les pays africains.

Ces cerveaux, il s’agit de Felicien Kabuga, Augustin Bizimana, Protais Mpiranya, Fulgence Kayishema, Pheneas Munyarugarama, Aloys Ndimbati, Ryandikayo et Charles Sikubwabo.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité