Gisagara : Un dirigeant de Secteur agresse un couple de foyer à la Noël

Redigé par NDJ
Le 28 décembre 2017 à 01:45

Une dame Dévota Uwitonze habitant le Secteur Gikonko du District Gisagara accuse le secrétaire exécutif de secteur de lui avoir roué des coups de poing dans le ventre au point qu’elle a été hospitalisée dans un hôpital de district de Gakoma.

Cet incident est survenu à la Noël, ce lundi 25 décembre au moment où cette mère vient de mettre au monde un bébé d’à peine un mois. Le Secrétaire Exécutif en question venait faire la perquisition et la saisie de boissons alcolisées illégalement produites et vendues dans la région.

"Notre dirigeant est venu et a toqué à la porte. Mon mari lui a ouvert pour immédiatement être roué de coups. L’Exécutif a tenté de lui mettre les menottes aux poings. Mon mari s’est échappé pour se réfugier dans l’une des chambres. Le monsieur s’est alors tourné vers moi pour commencer à me rosser. Les coups pleuvaient dans mon ventre. Je suis tombée à la renverse. Mon orteil commençait à saigner", a dit cette dame précisant que cet incident est survenu vers minuit, heure du réveillon de Noël.

Dévota Uwitonze, rouée de coups de poing et alitée

"Ils ont cherché en vain ces boissons illégalement brassées partout dans la maison. Ce voyant, ils ont été rouges de colère et ils m’ont fait une bonne gifle avant de dire au policier de me mettre les menottes aux mains. Je leur ai échappé parce que j’étais innocent", a dit le Mari de la femme qu’elle n’a pas vu au logis à son retour au petit matin.

Le Secrétaire Exécutif de Secteur Gikonko, Jean Damascène Mudahemuka, nie ces accusations. Il persiste à dire qu’il n’a jamais vu cette femme qui prétend avoir été frappé par ce dirigeant. Il déclare être passé dans les parages entre quatre et cinq heures du matin alors qu’il préparait l’exercice de "Cordon and Search" (Perquisition et Saisie) dans le village en question.

"Oui, il y a eu une séance de Perquisition et de saisie de ces boissons illégalement brassées dans l’habitation de cet homme. Nous n’y avons rien trouvé. Par contre, nous avons vu des signes comme quoi il a vendu ces boissons là durant la soirée.Nous sommes sortis et avons continué notre exercice ailleurs. Il n’y a pas eu de confrontation avec violence surtout qu’il dit s’être échappé de nous. Toutes ces accusations ne sont qu’une façon de dénigrer les institutions. La bonne gouvernance que nous promouvons ne cadre pas avec l’exercice de la violence sur les citoyens. Nous sommes responsables de faire rayonner la sécurité tout en sauvegardant la santé du citoyen, et pas le contraire", a dit le Secrétaire Exécutif s’inscrivant en faux contre les dires de ce couple.

Mudahemuka, le Secrétaire Exécutif de Secteur avance que l’homme Niyomugabo est connu dans la région pour la vente de ces boissons alcoolisées prohibées, qu’il a écopé une sanction d’emprisonnement à ce sujet à deux reprises. Mais dans le cas d’espèce, aucune preuve de l’infraction n’a été exhibée.

Le Mari de Dévota, soupçonné de vendre des boissons prohibées échappe des rêts des forces de l’ordre

"Nous avons constaté l’heure où Mme Dévota a été reçue à l’hôpital. Il était deux heures du matin. Dévota en personne s’est plainte à moi par téléphone pour me dire qu’elle a subi des coups de poing du Secrétaire Exécutif de son Secteur. La question est suivie de près par des officiers de police d’investigation. J’ai conféré hier avec le Commandant de police du coin.Je suis même allée rendre visite à la dame sur son lit d’hôpital", a confié à IGIHE Clémence Gasengayire, la Vice Maire Affaires Sociales de District Gisagara montrant que tout dirigeant qui commet une infraction sur un citoyen doit être poursuivi après mûres investigations policières.

"Nous avons formé une commission rogatoire de cinq personnes. Elle va s’entretenir avec la mère alitée. Elle continuera son travail d’investigation pour établir la vérité sur cette question et les causes de ce crime", a ajouté la vice-maire.
Le Médecin directeur d’hôpital Gakoma, Dr Emile Tuyishime, a lui aussi reconnu que l’hôpital a reçu la malade Dévota mais qu’il est tenu par le secret de dire de quoi elle souffre.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité