Camp de Réfugiés de Kigeme : La FSDS organise la Journée mondiale de l’Environnement

Publié par
Le 30 juin 2017 à 01:21
Visites :
56 2

La Fondation Saint Dominique Savio (FSDS), en collaboration avec les partenaires qui travaillent dans le camp des Réfugiés Congolais de Kigeme, a organisé la Journée Mondiale de l’Environnement et 500 mètres de canalisation des eaux de pluies ont été aménagés, selon Godefrey Kabera, chargé de l’Environnement dans le camp pour le camp de la FSDS.

« L’eau des pluies déferlait et détruisait l’environnement et les maisons. En collaboration avec les réfugiés, les communautés hôtes, les élèves et les écoliers, nous avons creusé des tranchées pour canaliser l’eau. Le travail effectué ce jour-là a une valeur de 4,7 millions Frw », a-t-il indiqué.

Le thème de cette année 2017 est « Rapprocher l’Homme de l’Environnement est la base de la vie ».

Ce sont associés à cette célébration : la Vice-représentante du HCR, le délégué du PNUD dans le pays, le Vice-Maire des Affaires économiques, le représentant du PAM en province du Sud, et tous les partenaires prestant dans le camp.

Selon le rapport du HCR, avoir du bois de chauffage est un réel défi dans le camp. Les réfugiés font la cuisine avec le bois donné par le Ministres des Désastres et des Réfugiés (MIDMAR) et qui est coupé dans les forêts.

« Nous avons commencé à fabriquer des briquettes à partir des arbres. Ce serait mieux de continuer ainsi, car la matière de base est disponible. L’on peut dupliquer à Kigeme ce qui se fait dans le camp de Mahama », a-t-il dit.

Il a informé que la FSDS a déjà fait planter 28.000 arbres dans le camp, et autour, ainsi que des légumes dans le camp et dans les écoles. Cela contribue à retenir le sol et lutter contre l’érosion, et surtout à renforcer la nutrition.

« Nous avons une pépinière pour des arbres et des légumes. Nous les distributions aux réfugiés du camp et à la populaiton hôte. Nous donnons des connaissances pour que les gens sachent mettre au point des briquettes. Quand les fonds seront disponibles, nous réaliserons des briquettes pour la cuisson. Les déchets pour réaliser des briquettes sont disponibles et en grande quantité. Nous formons les gens à savoir le fonctionnement des lanternes solaires, surtout que l’éclairage domestique par les bougies est dangereux », a poursuivi Kabera.

Il a ajouté que des clubs pour la protection des arbres ont été créés, et que ces clubs ont permis de sécuriser de jeunes arbres qui ont pu grandir. Auparavant, ils étaient détruits par des animaux domestiques, dont des vaches et des chèvres.

Avec Rna


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité