Burundi : manif contre le rapport de l’ONU sur les droits humains sur fond de tueries sauvages
Publié le 25-09-2016 - à 11:03' par Jovin Ndayishimiye

Le rapport des experts des Nations unies sur les droits de l’homme continue de faire réagir au Burundi. Samedi matin 24 septembre, plus d’un millier de personnes ont défilé dans la capitale burundaise pour dire leur rejet de ce document qui fait état de violations systématiques et constantes des droits humains dans le pays, principalement commises par des agents de l’Etat, dont certaines pourraient constituer « de possibles crimes contre l’humanité ».

En tête du cortège de plusieurs centaines de manifestants, une grande banderole rouge sur laquelle on pouvait lire « Une nation, une langue, il n’y aura jamais de génocide ici ». Hutu, Tutsi et Twa ont donc défilé ensemble contre le rapport de l’ONU sur les droits de l’homme au Burundi.

Une manifestation autorisée, même encouragée par les autorités. « C’était un rapport plein de mensonges donc il fallait que les gens puissent aller là-bas pour dénoncer, explique Freddy Mbonimpa, maire de Bujumbura. Il y avait aussi un discours du gouvernement délivré par le ministre de l’Intérieur et de la Formation patriotique. C’était une manifestation légale, il faut aussi donner un message à ce bureau des Nations unies qu’il puisse savoir comment les Burundais ont réceptionné le rapport et les réactions. »

Dans le document d’une centaine de pages couvrant la période d’avril 2015 à juin 2016, les enquêteurs parlent de violations systématiques et constantes des droits de l’homme, essentiellement par les agents de l’Etat burundais.

« Mensonges », a répété le gouvernement samedi. Tout au long des six kilomètres de la marche, il y avait aussi des haut-parleurs qui scandaient des chansons à la gloire du président Nkurunziza.

Le président burundais s’est réjoui de la tenue de cette manifestation. « Au final, la vérité triomphe », s’est félicité Pierre Nkurunziza sur son compte Twitter, « même seul, face au monde ».

Le régime burundais continue de tuer sauvagement pourtant ses citoyens essentiellement Tutsi. Le Plus récent cas est celui de l’adjudant Eddy Claude Nyongera qui a appartenant aux anciennes FAB (Forces Armées Burundaises) avant de rejoindre les actuelles Forces Démocratiques Nationales Burundaises, en tant qu’officier d’Etat Major. Appréhendé le 14 septembre 2016 par le SNR (Service National de Renseignement), il a été sauvagement battu et torturé jusqu’à ce que mort s’en suive.

Les sinistres photos ci après montrent bel et bien que la torture est quotidienne au Burundi et qu’un génocide contre les tutsi du Burundi continue à petit feu.

Eddy Claude de son vivant

Eddy Claude torturé et tué. Le corps est amené à l’Hôpital Roi Khaled par les agents du SNR avec un écriteau : INCONNU.

Ca a pris beaucoup de temps pour accepter qu’on identifie le corps charcuté comme celui de Nyungura.


Kwamamaza
Commentaires

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Ne vous eloignez pas du sujet de discussion; Les insultes,difamations,publicité et ségregations de tous genres ne sont pas tolerées
Si vous souhaitez suivre le cours des discussions en cours fournissez une addresse email valide.
Votre commentaire apparaitra apre`s moderation par l'équipe d' IGIHE.com
En cas de non respect d'une ou plusieurs des regles d'utilisation si dessus, le commentaire sera supprimer. Merci!