Kigali : Le Festival Mashariki du Film Africain a récompensé sept meilleurs films

Publié par Olga Ishimwe
Le 3 avril 2017 à 09:45
Visites :
56 2

Le Festival Mashariki du Film Africain a récompensé sept meilleurs films court et long métrage lors de la clôture de sa troisième édition 2017 ce weekend à Kigali après une semaine de formation de quinze jeunes cinéastes rwandais par des Experts en cinéma que sont Olivier Barlet et Moussa Touré.

Les 43 films émanant de 10 pays qui ont été projetés durant cette semaine sont essentiellement africains ou ont été réalisés en dehors de l’Afrique, mais sur des thèmes africains.

Au niveau du film rwandais, le court métrage « It Works » de Munezero Emmanuel Harris a reçu cent mille Frw. Tandis que le documentaire « Football for Peace » de Habib a été gratifié de quatre-vingt mille Frw.

Dans la catégorie des films est-africains, le court métrage « The Camel’s back de Michelle Mboya du Kenya et le documentaire de son compatriote Mitchelle Jangara, ont bénéficié des prix.

Pour la catégorie des films africains, ont été récompensés le court métrage « Maman(s) » de Maïmouna Doucouré du Sénégal ; le documentaire « The fruitless tree » d’Aicha Macky du Niger ; et le long métrage : »N.G.O » de Zizuke Zigashane de l’Ouganda.

L’on doit noter que durant la Semaine du Festival Mashariki du Film Africain, Olivier Barlet, journaliste culturel et critique de cinéma, membre d’Africultures, a dispensé des formations à une quinzaine de jeunes cinéastes rwandais talentueux et engagés. Il a animé des conférences sur l’histoire du cinéma sur le continent africain

L’on doit noter qu’Olivier Barlet, de nationalité française, a écrit deux ouvrages qui font autorité, qui ont reçu des Prix, et qui ont été traduits en Anglais, Espagnol, Italien et Arabe. Ces ouvrages sont : « Les Cinémas d’Afrique noire : le regard en question » en 1997 ; et « Les Cinémas d’Afrique des années 2000 : perspectives critiques » en 2016.

L’autre formateur de l’atelier a été le cinéaste sénégalais, Moussa Touré, auteur du film « La Pirogue » dont le héros Souleymane, 30 ans, pêcheur, prend le risque de partir en Europe avec son petit frère de 22 ans, sur une pirogue, en affrontant tous les risques de la mer. L’on comprend qu’un tel projet devait échouer. Car, Souleymane sera intercepté par les gardes côtiers après la mort de ses nombreux compagnons d’infortune.

Le film « La Pirogue » qui aborde le thème chaud de la Migration a reçu 52 Prix divers internationaux, dont l’Etalon de bronze au Fespaco d’Ougadougou en 2013, le Grand Prix de Carthage pour le Meilleur Réalisateur, le Prix de la CEDAO, de l’UA, de la Technique, etc.

« Le film de Moussa Touré que nous projetons ce soir, est poignant. Il est cette invitation au dialogue et à la pensée sur un sujet d’une immense gravité : celui du parcours des migrants. Le cadre, le Sénégal, dépasse les frontières. We hope that you will find here inspiration and réflexion », a dit au public, avant le tournage, Mme Francine Meyer, Chef de la Coopération et Directrice de l’Institut Français de Kigali.

Moussa Touré a demandé au Gouvernement rwandais de soutenir Le Festival Mashariki du Film Africain. Car, c’est la seule voie de promouvoir la culture cinématographique sur le continent. Madame la Ministre de la Culture, Uwacu Julienne, Invitée d’honneur à la cérémonie, et d’autres responsables, ainsi des délégués des Ambassades, étaient présents.

« Le Rwanda est un pays exemplaire, modèle pour les autres Africains. C’est un pays avec des jeunes disciplinés, profonds, qui veulent aller de l’avant, et s’ouvrir au savoir. Je pense que les leaders qui dirigent ce pays ont la chance d’avoir de tels jeunes avec eux. Je demande au Gouvernement du Rwanda de soutenir ce Festival. C’est ma demande », a-t-il plaidé.

Notons que l’Ambassade de France et l’Institut Français ont contribué pour permettre que les deux Experts Olivier Barlet et Moussa Touré soient à Kigali pour la Semaine du Film africain.

Avec rnanews


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité