Le chanteur américain de jazz Al Jarreau est mor

Publié par Olga Ishimwe
Le 13 février 2017 à 11:58
Visites :
56 2

Le chanteur américain de jazz Al Jarreau, détenteur de 7 Grammy Awards, est décédé ce dimanche 12 février à l’hôpital à Los Angeles, à l’âge de 76 ans, a annoncé son manager. Les causes du décès n’ont pas été communiquées, mais l’artiste avait été hospitalisé la semaine dernière pour épuisement. Il continuait à se produire, notamment en novembre dernier à Paris au Blue Note Jazz Festival.

Lorsqu’il sort son premier album, « We Got By », en 1975, Al Jarreau a déjà 35 ans. Il est alors un artiste aguerri qui, de longue date, écume les clubs californiens. Ce n’est donc pas un petit ingénu qui signe, cette année là, un contrat d’exclusivité avec le label Warner. Il sait que cette offre discographique va bouleverser sa destinée. Il n’imagine cependant pas que ce premier enregistrement sera son sésame vers une notoriété internationale.

Profondément attaché à la valeur patrimoniale de la culture noire, il veillera à ne pas s’enfermer dans un seul genre musical. Ses prouesses vocales lui permettront de jouer avec les contours du jazz, et de s’illustrer dans l’univers de la Soul, du Funk, et… de la Pop, au grand regret de ses plus fervents admirateurs, quelque peu irrités par cette volte face stylistique, qu’ils jugent davantage dictée par des choix commerciaux que par des considérations artistiques.

Qu’à cela ne tienne, au cœur des années 1980, Al Jarreau devient une icône planétaire, et impose une vision toute personnelle de la musique populaire noire américaine. « Boogie Down », « Roof Garden », « Breakin Away », « Mornin’ » deviennent des classiques, et le hissent au rang de superstar.

Pour autant, Al Jarreau conserve une réelle passion pour les étoiles du jazz, et reviendra progressivement à ses racines ancestrales.

À 70 ans, il s’autorisait des escapades vers la tradition léguée par ses aînés. La frénésie d’une époque glorieuse était retombée, et notre septuagénaire s’amusait avec le répertoire de sa jeunesse. Place à l’improvisation, à l’inattendue, à l’expérimentation.

Avec rfi.fr


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité