Urgent

"Je perds la boule complètement" ; Stromae se confie sur sa maladie

Redigé par Marc Fourny
Le 10 octobre 2017 à 11:30

Le musicien revient sur sa maladie qui empoisonne sa vie et évoque un retour plus qu’hypothétique sur scène.
Ça ne s’arrange pas pour Stromae. Le chanteur n’en finit plus d’être miné par les effets indésirables du Lariam, un antipaludique qu’il avait pris il y a deux ans lors de la tournée africaine de son Racine Carrée Tour. Dans une interview accordée à Libération avec Karl Lagerfeld, le chanteur belge confie qu’il a encore fait récemment une rechute, provoquant une nouvelle hospitalisation. « J’ai fait (...)

Le musicien revient sur sa maladie qui empoisonne sa vie et évoque un retour plus qu’hypothétique sur scène.

Ça ne s’arrange pas pour Stromae. Le chanteur n’en finit plus d’être miné par les effets indésirables du Lariam, un antipaludique qu’il avait pris il y a deux ans lors de la tournée africaine de son Racine Carrée Tour. Dans une interview accordée à Libération avec Karl Lagerfeld, le chanteur belge confie qu’il a encore fait récemment une rechute, provoquant une nouvelle hospitalisation. « J’ai fait une réaction au Lariam, un antipaludique, super super grave, explique-t-il au quotidien. J’ai fait une décompensation psychique. Je perds la boule complètement. C’est vraiment pas chouette. J’ai fait une rechute, il n’y a pas longtemps. Alors, je ne m’impose pas d’horaires compliqués. »

« Ça tourne dans la tête »

Il décrit ainsi des journées qui commencent « à midi ». « Je fais de la musique le soir, la nuit, je n’aime pas qu’on me dérange », précise-t-il. « Pour être honnête, j’ai été hospitalisé, donc là, je suis encore un peu sous traitement, et c’est pour ça que je me réveille tard. » Répondant à une question sur les symptômes qu’il ressent, l’artiste précise que « ça tourne dans la tête, on a de grosses crises d’angoisse », preuve qu’il est encore loin d’être sorti d’affaire.

Des effets secondaires qui sont bien connus des praticiens : le Lariam peut entraîner chez certains patients des troubles sérieux comme une paranoïa, des psychoses et des angoisses qui peuvent durer plusieurs mois après la fin des prises. « Je n’ai pas supporté mon traitement antipaludisme, ça m’a filé des hallucinations, expliquait déjà Stromae à Marianne le mois dernier. J’ai cru que j’avais basculé dans la folie. (...) J’aurais pu faire une connerie, je n’étais plus moi-même. »

Défilé de mode

Dans ces conditions, pas question de remonter sur scène et de reprendre ses tubes. « Je n’ai plus trop envie de les chanter, explique-t-il aujourd’hui dans Libération. Je croise souvent des gens qui me disent : Alors, c’est quand le prochain album ? Le plus important aujourd’hui, c’est que je sois bien avec moi-même. » Le chanteur reconnaît que sa dernière tournée, avec plus de 200 concerts en deux ans, l’a complètement lessivé. Désormais, il partage son temps entre quelques projets musicaux et la griffe Mosaert, qu’il développe avec son épouse Coralie. « On fait des clips pour d’autres artistes, des collections. (...) On sortira la cinquième collection l’année prochaine avec notre premier défilé, qui sera plutôt un spectacle. »

Avec Lepoint


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité