Egalité des sexes : Traitement égal dans la notation au cours des tests nationaux
Publié le 20-02-2013 - à 14:01' par IGIHE

Dans le cadre de couper court aux rumeurs à propos de traitement inégal garçons-filles pour la notation des résultats obtenus aux différents tests de réussite nationaux, le Ministre de l’Education Nationale, a tenu à préciser que tous les finalistes de cycles, garçons ou filles, ont des chances égales dans la correction des copies de test.

« La note de satisfaction est la même pour tous les deux sexes. Par contre, la chose varie légèrement pour certains établissements scolaires qui disposent de plus de places pour les filles que pour les garçons », déclare le Ministre de l’Education Dr Vincent Biruta.

D’après le Ministre de l’Education, la différence se constate dans ces établissements d’enseignement qui disposent de beaucoup de place d’internat pour fille ou qui n’accueillent que les filles au moment où seuls les séminaires catholiques accueillent uniquement des garçons, d’autres établissements accueillent peu de garçons.

Et puis, selon le Ministre, ces rumeurs paraissent non fondées pour cette année en cours où les lauréates des humanités générales sont 12.846 alors que les garçons sont 15.790 soit respectivement 44.7% et 55.3%.

Il en va de même pour l’enseignement technique et professionnelle où les lauréates sont 7729 et les lauréats 7935 soit respectivement 49.3% et 50.6%.

ARTICLES RELATIFS
LIRE PLUS D'ARTICLES DANS "Développement de l’Afrique : appel à l’élaboration de politiques innovantes pour libérer le potentiel des ressources nationales"...
Commentaires

ANDIKA ICYO UTEKEREZA KURI IYI NKURU

AMATEGEKO AGENGA IYANDIKA RY'IGITEKEREZO CYAWE:
Witandukira kubijyanye n'iyi nkuru; wikwandika ibisebanya, ibyamamaza cyangwa bivangura; wikwandika ibiteye isoni,
Wifuza kubona byihuse ibivugwa/ibisubizo ku gitekerezo cyawe, andika email yawe ahabugenewe.
Igitekerezo cyawe kigaragara nyuma y'isuzuma rikorwa na IGIHE.com
Ibi bidakurikijwe igitekerezo cyanyu gishobora kutagaragara hano cyangwa kigasibwa, Murakoze!