IGIHE.com \BB Arts
Kenya : manifestation à Nairobi après le meurtre d’un avocat impliquant des policiers
Publié le 4-07-2016 - à 17:47' par IGIHE

Des centaines de personnes ont manifesté lundi à Nairobi pour dénoncer les meurtres brutaux d’un avocat, de son client et de leur chauffeur, dont sont accusés trois policiers maintenus en détention après avoir comparu devant un tribunal de la capitale kényane.

A l’appel de la Commission nationale sur les droits de l’homme et du barreau kényan, plusieurs centaines de personnes se sont réunies lundi matin dans le centre de Nairobi, pour réclamer l’arrêt des "exécutions extrajudiciaires".

Les manifestants exprimaient leur émotion après le meurtre de l’avocat Willie Kimani, de son client Josephat Mwenda et de leur chauffeur de taxi Joseph Muiruri.

Ceux-ci avaient disparu le 23 juin après une audience au tribunal de Makovo, dans la banlieue de Nairobi. Leurs corps mutilés avaient été retrouvés jeudi et vendredi dans la rivière Ol Donyo Sabuk, au sud-est de la capitale.

Le client du jeune avocat accusait la police de l’avoir harcelé et intimidé afin qu’il abandonne une plainte contre un haut responsable des forces de l’ordre qui, disait-il, lui avait tiré dessus sans raison en avril 2015.

Willie Kimani était spécialisé dans les droits de l’homme et oeuvrait pour l’organisation américaine International Justice Mission (IJM). Il avait défendu de nombreux prisonniers politiques et des victimes d’abus de l’Etat au Kenya.

Trois policiers arrêtés vendredi, le sergent Fredrick Leliman, le caporal Stephen Chebulet et l’agent Silvia Wanjiku, ont été présentés lundi devant un tribunal de Nairobi.

Ce dernier a suivi la requête du parquet demandant leur maintien en détention pendant deux semaines, le temps qu’une autopsie ait lieu et que l’enquête soit menée à son terme.

Les avocats kényans ont annoncé qu’ils seraient en grève cette semaine dans tout le pays, pour protester contre l’assassinat de leur collègue.

Trente-quatre organisations internationales de défense des droits de l’homme, dont Amnesty International et Human Rights Watch (HRW), ont demandé lundi aux autorités kényanes de faire toute la lumière sur ces meurtres.

"Ces meurtres extrajudiciaires sont un rappel effrayant que le droit, durement gagné, de chercher justice pour des violations des droits de l’homme est à nouveau menacé", a déploré Muthoni Wanyeki, directrice pour l’Afrique de l’Est chez Amnesty.

La police kényane est régulièrement accusée de mener des opérations violentes et hors procédure contre des personnes enquêtant sur les abus perpétrés par ses membres.

Le chef de la police, Joseph Boinnet, a rejeté "les affirmations selon lesquelles il y a des escadrons de la mort au sein de la police".

AFP


Kwamamaza
Commentaires

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Ne vous eloignez pas du sujet de discussion; Les insultes,difamations,publicité et ségregations de tous genres ne sont pas tolerées
Si vous souhaitez suivre le cours des discussions en cours fournissez une addresse email valide.
Votre commentaire apparaitra apre`s moderation par l'équipe d' IGIHE.com
En cas de non respect d'une ou plusieurs des regles d'utilisation si dessus, le commentaire sera supprimer. Merci!